/news/world

Temps durs à Haïti: «la police nationale est dépassée par les événements»

Haïti peine à se relever des différentes crises qui ont secoué le pays au cours des derniers mois et qui laissent la population dans un climat de peur et de désespoir. 

• À lire aussi: L'aide humanitaire toujours nécessaire en Haïti

• À lire aussi: Assassinat du président haïtien: primes offertes pour trouver des suspects

• À lire aussi: Onze jours après le séisme, Haïti enterre encore ses morts

L’insécurité est un problème qui perdure dans le pays, selon Jean Daniel Sénat, journaliste au Nouvelliste d’Haïti et à la radio Magik9, en entrevue à LCN. 

Chaque jour, des membres de gangs enlèvent des gens et réclament des rançons. 

M. Sénat explique que devant l’instabilité politique, les gangs ne craignent pas les représailles. 

«C’est à visage découvert, il n’y a aucune inquiétude pour ces messieurs-là d’imposer leur loi. Ils parviennent quand même à imposer leur loi parce que la population est terrorisée et la police nationale d’Haïti est dépassée par les événements», dit-il. 

Devant l’ampleur du problème, le Directeur général de la police nationale d'Haïti et le ministre ont tenu une conférence de presse en début de semaine pour annoncer que des mesures seraient prises. 

«Mais ça, c’est une annonce qui est tellement familière à la population. À chaque fois qu’on annonce qu’on prendra des mesures, mais les gars continuent de circuler et de fonctionner librement sans inquiétude et ça, ça traduit la faiblesse de l’État, ça traduit l’effondrement même de l’État Haïtien», affirme le journaliste.

Écoutez l’entrevue complète de Jean Daniel Sénat dans la vidéo ci-dessus.