/news/coronavirus

La COVID-19 détectée dans la sueur humaine

Détecter le virus de la COVID-19 dans la sueur humaine : ce procédé peu contraignant est développé par des chercheurs thaïlandais qui ont réalisé cette semaine un test grandeur nature à Bangkok.

• À lire aussi: Pandémie, vaccins, CHSLD : les esprits s’échauffent

• À lire aussi: «C’est une catastrophe», se désole le Dr François Marquis

• À lire aussi: Cas de COVID dans les écoles: des délais de réponse «très longs» de la santé publique

Dans les allées d’un marché fréquenté de la capitale thaïlandaise, un homme et une femme en combinaison de protection demandent à un vendeur de placer un écouvillon sous son aisselle. 

Quinze minutes plus tard, la tige est transposée dans un flacon de verre, stérilisé par des rayons UV. Un échantillon est prélevé et analysé. 30 secondes plus tard, le résultat tombe: négatif.

Cette méthode est «fiable à 95 %», un résultat comparable au PCR nasal, d’après les premiers essais réalisés sur 2000 personnes, assure à l’AFP le chercheur Chadin Kulsing de l’université Chulalongkorn de Bangkok qui développe ces unités mobiles de détection.

Son équipe a déjà lancé une expérimentation avec des chiens renifleurs de sueur pour détecter les cas asymptomatiques à la COVID-19 et ce nouveau projet est complémentaire.

«Les personnes infectées par la COVID-19 sécrètent des substances chimiques très distinctes», relève le chercheur. 

«Cette découverte nous a permis de développer un dispositif permettant de détecter les odeurs spécifiques produites».

La Thaïlande n’est pas le premier pays à s’intéresser à la sueur pour détecter la COVID-19, le Royaume-Uni et les États-Unis ont notamment lancé des travaux comparables.

Mais le royaume, et notamment Bangkok, est confronté à une vague épidémique sans précédent depuis le printemps.

Chadin Kulsing espère que sa méthode de détection, toujours en phase d’expérimentation, pourra bientôt être déployée en alternative aux tests PCR qui nécessitent un traitement en laboratoire et sont donc beaucoup plus coûteux. 

«C’est aussi plus pratique », note un vendeur sur le marché. Plus besoin de se déplacer dans un centre de dépistage et «je peux continuer à travailler en attendant les résultats».

Près d’1,5 million de cas et près de 14 000 décès ont été enregistrés en Thaïlande, principalement ces derniers mois.

La campagne vaccinale progresse, mais a démarré avec retard. Seuls 11 des 70 millions d’habitants ont reçu deux doses de vaccin.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.