/finance/homepage

Jugement: Apple ne peut plus imposer son système de paiement

Apple ne peut plus imposer aux éditeurs d'utiliser son système de paiement au sein de leurs applications, et donc de payer une commission, a décidé vendredi la juge américaine responsable du contentieux avec Epic Games, qui pourrait redéfinir l'économie du secteur.

• À lire aussi: Apple retarde la mise en place de ses nouveaux outils contre la pédopornographie

• À lire aussi: Des sénateurs américains veulent mettre fin au duopole Apple et Google sur les applications

La magistrate a en revanche estimé que le fabricant de l'iPhone n'était pas en situation de monopole illégal, ce que soutenait l'éditeur du jeu Fortnite.

«Apple ne détient pas de monopole sur le marché des transactions dans les jeux mobiles», a tranché la juge Yvonne Rogers.

«La Cour a déterminé qu'Apple jouit d'une part de marché considérable, supérieure à 55%, et des marges de profits extraordinairement élevées, mais ces facteurs ne suffisent pas à prouver une infraction au droit de la concurrence. Le succès n'est pas illégal», a-t-elle élaboré.

En revanche, «le comportement d'Apple est anticompétitif» quand le géant californien empêche les développeurs de rediriger les consommateurs vers leurs propres sites web et moyens de paiement, a-t-elle ajouté.

Epic Games, comme de nombreux autres petits et grands éditeurs d'applications mobiles, accuse Apple d'abuser de sa position dominante en prélevant des commissions trop élevées sur les achats des utilisateurs et en leur imposant l'App Store comme intermédiaire obligatoire entre eux et leurs utilisateurs.

«Epic a gagné»

Les deux sociétés s'affrontent depuis un an, quand Epic a rompu son contrat avec Apple. Sa mise à jour de Fortnite offrait aux joueurs un moyen de contourner le système de paiement de l'App Store, et ainsi d'échapper au prélèvement automatique d'une commission de 30% sur tous leurs achats dans le jeu.

«Apple a "gagné" en n'étant pas considéré comme un monopole, mais Epic a "gagné" le droit de diriger les joueurs vers l'Epic Store (son propre magasin, NDLR) comme moyen de paiement alternatif. Au final: Epic a gagné», a commenté sur Twitter Michael Pachter, analyste du cabinet Wedbush.

Mais Tim Sweeney, le patron d'Epic, a promis de «continuer à se battre» pour «une compétition équitable entre les méthodes de paiement au sein des applis et entre les magasins d'applis».

«La décision du jour n'est pas une victoire pour les développeurs et les consommateurs», a-t-il tweeté.

«Fortnite reviendra sur l'App Store d'iOS (le système d'exploitation mobile d'Apple, NDLR) quand Epic pourra proposer son système de paiement dans l'appli en concurrence avec celui d'Apple, en faisant bénéficier les consommateurs des économies ainsi réalisées».

Apple satisfait

Apple, de son côté, s'est félicité d'avoir été blanchi sur la question du monopole, alors que les poursuites pour abus de position dominante se multiplient contre ses voisins Google et Facebook de la part des autorités américaines et dans le monde.

«Aujourd'hui la cour a entériné ce que nous avons toujours su : l'App Store n'enfreint pas le droit de la concurrence», a déclaré la société américaine.

«Apple est en compétition sur tous les segments où nous sommes présents, et nous pensons que les clients et les éditeurs nous choisissent parce que nos produits et services sont les meilleurs au monde», a-t-elle continué.

Dans l'attente de ce verdict depuis le procès en mai, la marque à la pomme vient de faire une série de concessions aux développeurs.

Elle a notamment annoncé fin août un assouplissement des règles sur l'accès aux moyens de paiement en dehors de l'App Store, pour mettre fin à des poursuites de petites entreprises qui conçoivent des applications.

Concrètement, les applications pourront envoyer un courriel à leurs usagers pour les informer qu'ils peuvent acheter un abonnement, par exemple, via leur site web. Dans ce cas, les éditeurs d'applis ne paient pas de commission à Apple.

«Nous restons engagés à garantir que l'App Store reste une place de marché sûre et de confiance, qui soutient une communauté florissante de développeurs et plus de 2,1 millions d'emplois américains, où les règles s'appliquent de la même manière à tout le monde», a encore indiqué le groupe.

Son titre perdait 2,3% en Bourse vers 16h40 GMT.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.