/news/coronavirus

Un nouveau rassemblement antivaccin devant une école secondaire

Après la manifestation contre les mesures sanitaires s’étant déroulée à l’école secondaire Louis-Riel mardi, des manifestants se sont à nouveau rassemblés vendredi pour faire valoir leur opinion.

• À lire aussi: Des antivaccins accusés d’instrumentaliser le décès d’une adolescente

• À lire aussi: Militants antivaccin: vigilance accrue de la police près des écoles

• À lire aussi: Désinformation sur les réseaux sociaux: le vaccin n’avait rien à voir avec la mort d'une ado

Cette fois, ils se trouvaient devant l’école secondaire Louis-Joseph-Papineau, dans l’arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension. 

Il s'agissait d'une manifestation en appui à cet enseignant, Patrice Trudeau, qui est a été envoyé à la maison avec salaire parce qu'il aurait véhiculé en classe des propos complotistes.

D'ailleurs, le Centre de services scolaire de Montréal enquête sur cet événement.

Armés de pancartes et de haut-parleurs, ils scandaient plusieurs slogans contre les mesures sanitaires et remettaient aux élèves des tracts dans lesquels il est écrit, notamment, que l'injection risque de transformer les gènes définitivement et que les gens qui en font la promotion sont des apprentis sorciers. 

Le militant antivaccin François Amalega était accompagné d’une quarantaine de personnes, selon les équipes de TVA Nouvelles qui se trouvaient sur les lieux.

Le groupe s'est adressé à des étudiants de l’école secondaire, les invitant à ne pas se faire vacciner et à refuser de porter le masque en classe.

En entrevue, François Amalega a affirmé que c’est le ministre Roberge qui continuait de s’acharner sur les enfants.

Interrogé sur le fait que la présence des manifestants n’est pas désirée aux abords des écoles, le militant antivaccin s’est défendu en disant qu’il est impossible de savoir puisqu’un sondage n’a pas été fait.

«Je ne vous crois pas», a-t-il répondu au micro de TVA Nouvelles.

Un journaliste présent sur place pour prendre des photos a également été menacé par un manifestant. Ce dernier aurait prévenu le représentant des médias qu’il était armé et qu’il allait «le percer» s’il ne quittait pas les lieux.

Les élèves interrogés sur place étaient plutôt ébahis. Le personnel de l'école tentait de son mieux de tenir les manifestants à l'écart.

«Je pense que les gens devraient croire au vaccin, dit un élève.»

«Je ne comprend pas trop le but de faire tout ça», se questionne une autre élève. 

«S'ils ne veulent pas prendre les doses c'est leur problème, moi j'ai pris mes deux doses», a lancé une autre élève. 

Réactions du gouvernement   

Face à cette vague de manifestation devant des écoles, le premier ministre du Québec François Legault a demandé que ces démonstrations cessent.

Il juge inacceptable que les enfants soient mêlés à ce débat.

Cette manifestation survient après une première démonstration devant l’école secondaire Louis-Riel, mardi, après le décès d’une adolescente.

Plusieurs militants avaient associé la mort de celle-ci avec le vaccin contre la COVID-19 et avaient décidé de se présenter à l’école secondaire.

Le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge avait dénoncé la situation.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.