/news/law

Un aîné en prison pour abus sexuels

Bloc Justice

Photo Fotolia

Un septuagénaire coupable de contacts sexuels sur sa petite-fille et sur sa fille il y a 30 ans a écopé de deux ans moins un jour d’incarcération, malgré son âge avancé, ses problèmes de santé et de véritables remords.

« L’accusé ne peut pas recevoir sa peine comme s’il n’avait pas abusé de la confiance de jeunes enfants », a commenté le juge Richard P. Daoust en rendant sa récente décision, au palais de justice d’Alma.

En raison de l’âge de l’accusé et du délai avant que les plaintes pour attouchements ne soient portées, cette affaire n’est pas sans rappeler celle du comédien Edgar Fruitier qui a écopé de six mois de prison pour des abus sexuels commis le siècle dernier. 

Ainsi, au début des années 90, l’accusé avait profité de sa fille alors âgée de 10 ans en lui passant la main sur les seins, à quatre ou cinq reprises. Et presque 30 ans plus tard, il a récidivé sur sa petite-fille du même âge.

Quand la petite a dit à sa mère avoir été victime de son grand-père, cette dernière a alors confié avoir subi des attouchements similaires. L’enquête a permis de découvrir que l’accusé avait aussi fait des attouchements semblables à une autre fillette de 10 ans, il y a quelques années.

Regrets

Dès son arrestation, l’accusé, qui ne peut être identifié pour protéger les victimes, a collaboré, contrairement à Fruitier. Ainsi, il a rapidement plaidé coupable et même entamé des thérapies, tout en s’excusant abondamment pour ses gestes. 

« L’accusé exprime beaucoup de regrets et de compassion envers les victimes et souligne qu’il est désolé de la situation puisque ces dernières ont sûrement souffert », a expliqué le juge. 

Et à la différence du comédien qui est en santé, ce grand-père souffre de haute pression, en plus de faire du diabète et d’avoir des problèmes de prostate.

« Les gestes commis par l’accusé sont impardonnables et ont évidemment causé des préjudices aux victimes, cela ne fait pas de doute », a toutefois souligné le magistrat.

L’homme a ainsi écopé de deux ans moins un jour d’incarcération, ce qui a permis au juge d’ajouter une probation de trois ans.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.