/regional/estduquebec/gaspesie

La mairesse controversée de Chandler quitte la vie politique

Nelson Sergerie / AGENCE QMI

Sur la sellette depuis des mois pour sa bataille contre la Commission municipale du Québec, la mairesse de Chandler, en Gaspésie, quittera son poste en novembre, 12 ans après y avoir accédé. 

• À lire aussi: Les restes d'Ida en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine

• À lire aussi: Élections fédérales 2021: début timide en Gaspésie

Louisette Langlois en a fait l’annonce au conseil municipal lundi soir, elle qui était à la table du conseil depuis 16 ans, d’abord comme conseillère, puis comme mairesse.

Elle n’avait pas encore indiqué clairement si elle serait à nouveau candidate à la mairie aux élections municipales du 7 novembre prochain.

D’entrée de jeu, en entrevue avec l’Agence QMI après la séance du conseil, elle a admis que le dernier mandat fut difficile, ayant eu maille à partir avec quatre conseillers dissidents.

«C’est quasiment un désastre. Ça aura été quatre ans d’insultes, de cris et de toutes sortes de choses. On n’avait jamais connu ça», a lancé celle qui a l’intention de se reposer après les élections de novembre.

Suspendue 180 jours en début d’année 

Mme Langlois a été suspendue 180 jours par la Commission municipale du Québec de janvier à juillet dernier après avoir été reconnue coupable de 20 manquements au Code d’éthique et de déontologie de la Ville de Chandler, l’automne dernier.

Le tribunal administratif estimait que la mairesse s’était placée en conflit d’intérêt en votant notamment sur des résolutions et en omettant de divulguer son intérêt personnel et en participant aux délibérations concernant la signature de deux ententes intervenues après une conciliation à la suite de deux plaintes de harcèlement psychologique déposées contre elle. La commission retenait également contre Mme Langlois des manquements pour avoir transmis des informations à un citoyen et avoir remis des comptes d’honoraires d’avocats contenant des renseignements protégés par le secret professionnel.

Mme Langlois a tenté de faire casser le jugement devant la Cour supérieure sans succès ce printemps. Elle a porté sa cause en appel et le tribunal entendra la requête pour permission d’en appeler le 19 octobre prochain.

Cette bataille a coûté jusqu’à maintenant 270 000 $ en frais juridiques aux citoyens de Chandler.

La mairesse avait déjà été suspendue à deux reprises en 2016 par la Commission municipale.

Un défi relevé 

Louisette Langlois a accédé à la fonction de mairesse 10 ans après la fermeture de la papeterie Gaspésia en 1999. Là où son prédécesseur avait échoué, elle a alors réussi à relancer la ville.

«On a réalisé de gros grands projets. On a relevé Chandler d’une grande crise économique. Ça en fait du travail et des représentations et des heures à travailler», nous a expliqué l’élue.

La fermeture de la papetière avait créé un trou de 1,2 million $ dans le budget de la Ville.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.