/news/coronavirus

Délestage: Dubé n’est pas que le ministre de la vaccination, lance l’opposition

Délaissé pendant des mois et aux prises avec un important manque de main-d’œuvre, le réseau de la santé écope de l’obsession du ministre Christian Dubé pour la campagne de vaccination, estiment les partis d'opposition à Québec.

• À lire aussi: Le point de presse le plus sombre que j’ai vu

• À lire aussi: Manque de personnel: «on aura à faire des choix de service dans certaines régions»

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

«La réalité, c'est que le ministre Dubé, il n'est pas le ministre de la vaccination, il est le ministre de la Santé et il doit se préoccuper de ces enjeux-là», a lancé la cheffe de l’opposition officielle, Dominique Anglade, en point de presse mercredi.

Au moment d’annoncer la fermeture d’une urgence en Abitibi, mardi, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, s’est montré surpris par le manque de personnel «criant» dans le réseau.

«Je n'aurais jamais pensé au début de l'été qu'on aurait le problème de personnel qu'on a en ce moment», a-t-il alors déclaré, à la grande surprise des partis d’opposition.

C’est que le manque de personnel a déjà provoqué la fermeture de plusieurs services dans des hôpitaux un peu partout au Québec cet été, notamment en Abitibi-Témiscamingue, en Outaouais et au Bas-Saint-Laurent.

«On a trouvé la seule personne au Québec qui est surpris de la crise en santé, a ironisé le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois. Ça témoigne d’une déconnexion spectaculaire avec la réalité du terrain.»

Selon le nouveau chef parlementaire, l’intervention de mardi du ministre Dubé montre qu’il «devrait regarder un petit moins ses colonnes de chiffres et un peu plus la situation sur le terrain».

«La seule réussite de Christian Dubé, c’est la campagne de vaccination. Pendant ce temps-là, tout le réseau est en train de s’écrouler», a-t-il également déclaré.

Le nouveau chef parlementaire du Parti québécois, Joël Arseneau, s’est lui aussi montré «surpris» par la déclaration du ministre.

«Depuis des mois, on sait que des infirmières quittent le réseau à pleine porte», a-t-il dit en rappelant qu’il avait multiplié les actions cet été pour interpeller le gouvernement sur la crise du personnel dans le réseau de la santé, sans effet tangible.

Le ministre Christian Dubé doit prendre une décision, soit il redouble d’ardeur pour gérer la crise dans le réseau, soit il cède sa place à quelqu’un d’autre, croit Joël Arseneau.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.