/news/coronavirus

«On doit remercier la vaccination»

Les hôpitaux du Québec se remplissent de plus en plus, malgré le manque criant de personnel à plusieurs endroits, forçant plusieurs régions à faire du délestage. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: «Les 85 non vaccinés aux soins intensifs empêchent 1200 personnes d’avoir accès à des chirurgies»

• À lire aussi: Les médecins se sentent «impuissants» face à la pénurie d’infirmières

«On va voir c’est quoi l’évolution de la quatrième vague, mais c’est certain que le moral des troupes est à la baisse», affirme le Dr Serge Legault, vice-président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec. 

Selon lui, la quatrième vague a la particularité que le pourcentage relatif de personnes aux soins intensifs est plus élevé qu’avant. «On parle de près de 40 % qui occupent des lits aux soins intensifs sur tous les patients hospitalisés», explique le Dr Legault. 

Le spécialiste croit que l’occupation actuelle des lits de soins intensifs est préoccupante puisque la province n’en compte pas beaucoup. 

Plan de délestage 

Le Dr Legault confirme que le plan de délestage avait été établi avec les membres du gouvernement sans savoir que la quatrième vague allait frapper de manière aussi précoce. 

«On doit remercier la vaccination. Si on n’avait pas la vaccination, on serait comme en Alberta présentement, où il y a 1400 cas par jours et où les soins intensifs sont saturés. Alors la vaccination est efficace, c’est absolument certain», confirme le médecin. 

Toutefois, il confirme qu’il était très difficile, voire impossible, de prévoir l’ampleur de la quatrième vague.

«La majorité des patients qui sont hospitalisés sont soit non vaccinés ou non adéquatement vaccinés. S’il y a un cri d’alarme à faire aujourd’hui, c’est de dire aux gens qui ne sont pas convaincus et qui sont réticents “Allez vous faire vacciner”, c’est comme ça que vous allez aider le milieu de la santé», lance le Dr Legault. 

Les hôpitaux débordés 

Le Dr Legault explique que les personnes hospitalisées à cause d’une infection à la COVID-19 sont plus jeunes que lors des vagues précédentes. Ainsi surviennent moins de décès puisque les personnes malades sont plus robustes. Toutefois, cela fait en sorte qu’elles restent plus longtemps à l’hôpital et occupent des lits. 

«Ça crée beaucoup plus de congestion aux soins intensifs à cause de la robustesse des patients», confirme le spécialiste. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.