/finance/homepage

Pénurie de main-d'oeuvre: «au lieu de créer des emplois, on doit les transformer»

Le Québec n’a pas besoin de créer des emplois, mais plutôt de transformer ceux-ci pour les adapter à la nouvelle réalité de la pénurie de main-d’œuvre qui frappe plusieurs secteurs.

Simon Savard, économiste principal à l’institut du Québec, de passage à l’émission «À Vos Affaires» mercredi croit que les partis politiques qui proposent de créer des milliers d’emplois ne ciblent pas le vrai problème.

«Lorsqu’on promet un million d’emplois, c’est vraiment ignoré ce qui se passe», explique l’économiste.

Au Canada, selon des données préliminaires il y a 800 000 postes vacants et la situation pourrait s’amplifier dans les années à venir.

«Pour les dix prochaines années, il va vraiment avoir une hausse démographique pour les aînés, mais pendant ce temps-là le principal groupe va demeurer stable. Actuellement le bassin de main est très limité et proposer une politique de création d’emploi ce n’est plus du tout adapté à la réalité», raconte le spécialiste.

Simon Savard propose plutôt aux entreprises de développer davantage leur employé pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre.

«Ce qu’il faut faire c’est de proposer aux entreprises des crédits d’impôt pour pouvoir former les employeurs plutôt que de créer des emplois parce qu’actuellement la création d’emplois dans beaucoup de secteurs c’est qu’on va prendre un employé qui est dans une entreprise et le diriger vers une autre entreprise, ce qui au net ne crée pas d’emploi», explique l’économiste principal à l’institut du Québec.

Écoutez l’intégralité de l’entrevue dans la vidéo ci-dessus.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.