/regional/quebec/quebec

Deux semaines sans profs: des élèves laissés à ne rien faire en classe

Près d’une cinquantaine d’enseignants manquent toujours à l’appel dans des écoles de la région de Québec. Les suppléants sont aussi difficiles à recruter, si bien que des élèves du secondaire ont passé plusieurs périodes des deux premières semaines de classe à ne rien faire, le nez rivé sur leur téléphone cellulaire.

• À lire aussi: Le masque obligatoire en classe dans trois MRC de Chaudière-Appalaches

• À lire aussi: La pénurie ne menace pas le soutien aux élèves, affirme le ministre Jean-François Roberge

• À lire aussi: Déjà des cas de COVID-19 dans les écoles

C’est ce qui s’est produit à l’école secondaire Pointe-Lévy, sur la Rive-Sud de Québec. En cinquième secondaire, il manquait toujours un enseignant d’anglais et un enseignant d’éthique et culture religieuse à la rentrée. 

Or ce sont des surveillants d’élèves, et non des suppléants, qui ont encadré les élèves en attendant l’embauche d’un prof qui sera finalement en poste pour enseigner les deux matières à partir de lundi.

Selon nos informations, aucune matière n’a été transmise dans ces deux cours depuis le début de l’année, si bien que les élèves ont passé leurs périodes à ne rien faire ou à consulter leur téléphone cellulaire. Plusieurs ont même quitté la classe en plein milieu des cours, comme il ne s’y passait absolument rien.

« Besoins criants »  

Il n’a pas été possible de discuter de la situation avec la direction de l’école secondaire Pointe-Lévy.

Au Centre de services scolaire des Navigateurs, on indique que « les besoins sont criants ». 

Il peut arriver « que les écoles arrivent au bout de leurs listes de dépannage et doivent, en effet, mettre un surveillant d’élèves en classe », reconnaît sa porte-parole, Marie-Ève Fortin. « On tente de s’assurer que des élèves aient de la matière à étudier », ajoute-t-elle.

Écoutez l'entrevue avec Caroline Quesnel, la présidente de la Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec sur QUB radio :

Au Syndicat de l’enseignement des Deux-Rives, son président Martin Hogue se dit très surpris de la situation, surtout à cette période de l’année. Le recours à des surveillants d’élèves est une « solution de dernier recours », indique-t-il.

La situation est d’autant plus préoccupante que les besoins en suppléance augmentent en cours d’année scolaire, alors que les retraits préventifs et congés de maladie s’additionnent au fil des semaines, ajoute M. Hogue.

Aux Navigateurs, on reconnaît que la situation pourrait éventuellement se reproduire, même si tout est mis en place pour éviter une telle situation, indique Mme Fortin. Plusieurs campagnes de recrutement sont toujours en cours.

Profs non qualifiés  

Les problèmes de recrutement causent aussi des maux de tête dans d’autres écoles de la région. Au total, près d’une cinquantaine de contrats restent toujours à honorer, près de trois semaines après la rentrée (voir ci-bas).

De plus en plus, les centres de services scolaires doivent avoir recours à des enseignants non qualifiés, embauchés en vertu d’une « tolérance d’engagement ». 

Aux Premières-Seigneuries, la majorité des profs qui sont recrutés présentement ne sont pas qualifiés pour enseigner, a indiqué mardi soir le directeur des ressources humaines, Érick Gaboury, lors de la rencontre du conseil d’administration. «Il faut garder un fragile équilibre entre la qualité des services et avoir des candidats», a-il affirmé, tout en indiquant que les exigences avaient été réduites. 

La pénurie de personnel dans les services de garde est aussi bien réelle, puisqu’il manque chaque jour en moyenne trois éducatrices par école dans ce centre de services, selon une compilation réalisée par le syndicat représentant les employés de soutien.  

Des parents se font même solliciter aux abords des cours d’école pour donner un coup de pouce là où les besoins sont les plus criants. 

Beaucoup de profs recherchés  

Nombre d’enseignants à recruter dans les écoles de la région de Québec*

CENTRE DE SERVICES SCOLAIRE DES PREMIÈRES-SEIGNEURIES:   

  • 7 au primaire (anglais et musique)        
  • 12 au secondaire (mathématiques, adaptation scolaire, sciences, français et anglais)                

CENTRE DE SERVICES SCOLAIRE DE LA CAPITALE  

  • 4 au primaire (jour cycle, adaptation scolaire et musique)        
  • 2 au secondaire (adaptation scolaire et mathématiques)                

CENTRE DE SERVICES SCOLAIRE DES NAVIGATEURS   

  • 7 au primaire (anglais et musique)  
  • 14 au secondaire (français, mathématiques, anglais et adaptation scolaire)                

CENTRE DE SERVICES SCOLAIRE DES DÉCOUVREURS  

  • Aucun enseignant à recruter présentement.   

* Il s’agit de contrats temporaires.
Tous les postes réguliers ont été pourvus

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.