/news/coronavirus

Volte-face en Alberta: trop peu trop tard?

Face à une saturation dans les hôpitaux de la province, notamment aux soins intensifs, l’Alberta a fait marche arrière, mercredi soir, mais le tort pourrait déjà être fait.

• À lire aussi: COVID-19 en Alberta: retour à la case départ

• À lire aussi: COVID-19: rien ne va plus en Alberta

«C’est qui est important pour nous, c’est qu’il y a des mesures qui ont été annoncées. Reste à savoir si ça va être assez en terme de magnitude et de vitesse en terme d’avoir un effet sur la pandémie qui nous frappe très durement en Alberta», indique Dr Alain Tremblay, pneumologue au Centre Hospitalier Foothills.

Alors que les cas de COVID-19 occupent la quasi-totalité des lits aux soins intensifs, Dr Tremblay redoute qu’il faudra envoyer des patients malades dans d’autres provinces dans les prochains jours.

Malgré tout, les professionnels de la santé de la province déplorent que les mesures arrivent trop tard.

«[La situation actuelle] était inimaginable pour certaines personnes, mais pour d’autre ça a été prédit depuis le 1er juin», s’indigne Dr Alain Tremblay.

Écoutez l’entrevue de Dr. Quentin Durand-Moreau, professeur adjoint au département de médecine préventive de l’Université de l’Alberta:

La situation est d’autant plus désolante pour les médecins, les infirmières et les préposées aux bénéficiaires, entre autres, puisque ce sont eux qui doivent maintenant faire face aux conséquences.

«C’est très difficile. Ça ne nous dérange pas de travailler fort, mais à un moment donné... Jusqu’à hier soir, on n’avait aucun soutien. On n’avait aucune impression qu’il y avait une appréciation de la sévérité de la situation. Alors au moins il y a eu hier soir un changement d’attitude», se console-t-il.

En plus d’être appliquées «très tard», les mesures sont «assez faibles» et donnent «encore des exemptions aux gens qui n’ont pas été vaccinés à temps», estime Dr Tremblay.

«Si on regarde les détails, (...) jusqu’au 8 novembre, les gens non protégés par deux doses de vaccin pourront aller au restaurant et faire toutes les choses comme tout le monde», dit-il au sujet du délai d’application et des exemptions liés au passeport vaccinal annoncé mercredi par le premier ministre Jason Kenney.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.