/news/coronavirus

Crainte du vaccin: «la désinformation l'a tuée»

MAISON FUNÉRAIRE BLAKE-LAMB

Une Américaine de 29 ans, qui croyait que le vaccin contre la COVID-19 pouvait la rendre infertile, est décédée de la maladie, a rapporté le Daily News.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: 50 millions de primovaccinés en France

• À lire aussi: Le vaccin de Moderna supérieur à celui de Pfizer contre les COVID graves, selon une étude

Samantha Wendell est tombée malade quelques jours avant son enterrement de vie de jeune fille, et a passé le jour de son mariage, le 21 août, branchée à un ventilateur.

«La désinformation l'a tuée», a déclaré à NBC News la cousine de Mme Wendell, Maria Vibandor Hayes.

Selon ce qui a été rapporté, des collègues de la future mariée lui auraient parlé d’une étude prouvant la corrélation entre le vaccin contre la COVID-19 et l’infertilité féminine.

La rumeur voulait qu’un épidémiologiste allemand ait vu, en décembre dernier, une protéine placentaire interagir avec le vaccin, d’après l’organisme de gestion de soins de santé Henry Ford Health System, basé dans le Michigan aux États-Unis. La théorie a plus tard été réfutée dans les essais cliniques.

Les craintes d'infertilité font partie des nombreux mythes qui circulent sur le vaccin contre la COVID-19. Pourtant les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) aux États-Unis exhortent les femmes enceintes, plus vulnérables aux maladies graves causées par une nouvelle infection à coronavirus, à se faire vacciner.

Au Canada, six femmes enceintes non vaccinées se sont retrouvées dans les unités de soins intensifs de l’Alberta en moins d’un mois, ont rapporté différents médias albertains cette semaine.

«Dans les six cas du mois dernier, la COVID-19 a eu de graves impacts sur la santé des parents, ainsi que sur celle de l'enfant. Cinq naissances prématurées se sont produites dès la 29e semaine de gestation», a déclaré le chef du service d'obstétrique et de gynécologie pour la zone de Calgary du système de santé albertain (AHS), Dr Colin Birch.

Selon le médecin, la quatrième vague de COVID-19 a frappé durement les femmes enceintes.

Ce ne sont pas seulement les femmes qui sont touchées - leurs bébés souffrent aussi, a pour sa part expliqué pour sa part la Dre Eliana Castillo, professeure à la Cumming School of Medicine de l'université de Calgary.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.