/finance/homepage

Des millions en fonds publics pour l’événement des Desmarais

Près de 2 M$ de fonds publics ont encore été octroyés cette année à la Conférence de Montréal présentée par Power Corporation, qui attire le gratin du monde des affaires avec ses billets VIP à 3500 $.

« L’État n’a pas à payer pour ça. Le gouvernement du Québec a des moyens limités. Plutôt que de donner de l’argent à une conférence de milliardaires, il faudrait penser à la santé et à l’éducation », estime Renaud Brossard, directeur québécois de la Fédération canadienne des contribuables (FCC).

Cette semaine, le v.-p., contenu et affaires externes du Forum économique international des Amériques, Cédric Muller, a dit que son financement est très majoritairement privé, sans fournir de détails sur la rencontre, qui a comme président et chef de la direction ​Nicholas Rémillard.

« Pour des raisons de confidentialité, nous ne dévoilons pas le coût total de l’événement comme chaque année », s’est-il limité à dire au Journal.

Cette année, quelque 1,7 M$ de fonds des gouvernements, de sociétés d’État et d’universités ont été versés à la conférence, dont le billet VIP coûte 3500 $.

Au Journal, son vice-président Cédric Muller insiste : les conférences en ligne sont gratuites. Tout le monde peut y assister avec possibilité de réseautage virtuel. L’événement est en mode hybride cette année, COVID-19 oblige. 

  • Écoutez la chronique de Michel Girard au micro de Philippe-Vincent Foisy sur Qub radio:  

On voit une salle quasi vide, hier.

Photo Francis Halin

On voit une salle quasi vide, hier.

Pour M. Brossard, l’argument ne passe pas.

« Je pense qu’une mère monoparentale au Saguenay aura de la misère à payer un billet à 3500 $. Je ne pense pas non plus qu’elle aura le temps d’aller voir les conférences en ligne », rétorque-t-il.

Pour Michel Séguin, professeur et expert en éthique de l’UQAM, ce type de conférence peut au contraire porter fruit.

« Est-ce que le fait de contribuer à ces activités aura pour conséquence de profiter aux plus démunis de la société ? Souvent, on peut penser que oui parce que ça va créer du développement économique et des emplois », dit-il.

Mercredi dernier, Paul Desmarais III a décliné sur place la demande d’entrevue du Journal, avant sa conférence offerte en anglais seulement avec le PDG de Nestlé, Mark Schneider, à distance.

Le français fort discret

Au Journal, un membre de l’organisation a indiqué que personne dans la journée n’avait fait la demande de casque de traduction simultanée en français.

Le lendemain, Le Journal a constaté qu’il y avait souvent plus de membres de l’équipe technique que de participants dans les grandes salles de conférence, en modèle hybride cette année en raison de la COVID-19.

L’anglais prédominait aussi souvent les échanges, éclipsant le français.

– Avec Martin Jolicoeur


Cette année, le ministère des Relations internationales et de la Francophonie a octroyé 400 000 $ à la conférence pour positionner le Québec comme « une destination d’affaires incontournable ».

Conférence de Montréal  

Fonds publics  

  • 2021 : 1,7 M$  
  • 2020 : 1,9 M$  
  • 2019 : 2,1 M$  
  • 2018 : 1,6 M$  
  • 2017 : 1,8 M$  
  • TOTAL : 9,1 M$   

Source : partenaires financiers de la Conférence de Montréal

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.