/news/faitesladifference

Herron. Bof! C'est juste des vieux

Chaque jour je lis le compte-rendu de l'enquête de la Coroner Géhane Kamel sur le CHSLD Herron. Chaque jour, je suis dégouté, consterné et triste d'apprendre que cette histoire d'horreur s'est déroulée au Québec.  

J’ai travaillé durant 31 ans à titre de préposé. Il y a plus de 20 ans que je dénonce les conditions de vie des aînés hébergés en CHSLD publics et privés. Je n'ai jamais rien vu de tel. Jamais je n'ai pleuré auparavant, malgré tout ce dont j'ai été témoin. 

Questions sans réponses

Le CHSLD Herron a été enquêté a de multiples reprises, par divers organismes, bien avant cette hécatombe. La direction a-t-elle appliqué les recommandations de ces enquêtes? Rien n'est moins sûr. Il aura fallu que la COVID-19 frappe avant que le CIUSSS de l'Ouest de l'Île ne s'intéresse vraiment aux conditions de vie au CHSLD Herron, qui est pourtant sous sa responsabilité. Après avoir constaté que les résidents étaient laissés à eux-mêmes, pourquoi la direction du CIUSSS n'est pas intervenue immédiatement? Pourquoi s'est-il écoulé plusieurs jours avant qu'on intervienne? Autant de questions sans réponses. 

À la demande de certains médias, je me suis rendu sur place afin de tenir des entrevues. J'y ai rencontré, entre autres, une dame qu'on avait informé que son père était décédé, probablement de la COVID-19, trois jours auparavant. Elle ne pouvait entrer et personne n'était en mesure de lui dire où se trouvait la dépouille de son père. 

Conditions épouvantables

La réalité est qu'il y eu 47 décès. Des personnes mortes dans des conditions épouvantables et indignes d'une société qui se croit civilisée. Atteintes de la COVID-19 mais, pour la plupart, mortes de faim et de soif, sans qu'aucun membre de leur famille ne puisse leur venir en aide. Pis encore, il n'y avait plus de personnel pour les nourrir, les hydrater, les laver et les conduire aux toilettes. C'est le genre de fin de vie que je ne souhaiterais pas, même à mon pire ennemi. 

Malgré tout, nous prenons connaissance de ces histoires d'horreur avec un certain détachement. C'est devenu banal, presque normal que les aînés subissent les ratés de notre système de santé. Car détrompez-vous, des Herron il y en a d'autres. La maltraitance institutionnalisée existe dans certains CHSLD et résidences privées pour aînés. Tant que nous accepterons que les bâtisseurs de notre société subissent ce genre de traitement, nous en sommes complices. 

Malgré tout, je sais que certains diront Bof! C'est juste des vieux. 

Jean Bottari

Photo d'Archives, Chantal Poirier

Jean Bottari, Préposé aux bénéficiaires Rawdon

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.