/news/coronavirus

La gestion des cas de COVID-19 déléguée aux écoles

bloc école étude édducation

Photo Adobe stock

La gestion des cas de COVID-19 et des contacts dans les milieux d’enseignement postsecondaire sera désormais automatisée, a fait savoir la direction régionale de la santé publique (DRSP).

• À lire aussi: Intimidés à l'école parce que nés... en 2010?

• À lire aussi: Pénurie de profs: Roberge serait plus utile s'il retournait enseigner, selon QS

• À lire aussi: Deux semaines sans profs: des élèves laissés à ne rien faire en classe

Dans une missive envoyée vendredi aux écoles de Montréal, la directrice de la DRSP pour le CIUSSS du Sud-Ouest-de-l‘Île-de-Montréal, Mylène Drouin, a indiqué avoir adopté cette mesure de délégation parce qu’elle est «dans l’incapacité de répondre à tous dans les délais prescrits pour la gestion des cas et des contacts en milieux d’enseignement».

C’est donc pour rattraper le retard et reprendre la gestion en temps réel des cas et des contacts qu’elle met en place un système automatisé de réponses aux signalements. Les courriels automatisés demanderont d’identifier les personnes côtoyées et de leur transmettre les instructions de la DRSP pour les informer du risque de contamination.

La santé publique a par ailleurs fait savoir à l’Agence QMI que cette mesure ne touchait que les contacts modérés qui n’auraient pas été identifiés lors de l’enquête individuelle. «Il y a une enquête au niveau de tous les cas, pour laquelle il n’y a pas de retard, soit l’identification des contacts étroits», a-t-on précisé.

Actuellement, il y a sept éclosions et 19 cas liés, au niveau postsecondaire à Montréal. C’est peu, selon la DRSP, qui a souligné que la couverture vaccinale était élevée parmi le personnel et les étudiants.

La santé publique régionale, qui est en période d’embauches et de formation d’enquêteurs, a précisé qu’il s’agissait d’une mesure temporaire, qui sera utilisée jusqu’au 24 septembre maximum.

«À priori, toutes les personnes exposées dans votre milieu scolaire sont considérées à risque faible et ne requièrent pas de test», a poursuivi Mme Drouin dans sa lettre.

Il n’y a aucun changement au niveau primaire et secondaire, a-t-on toutefois souligné.

Tests rapides de dépistage dans les écoles de 10 régions

Vendredi, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a également annoncé la mise en place de tests rapides de dépistage de la COVID-19 dans les établissements scolaires de niveau préscolaire et primaire de dix régions administratives, alors qu’ils devaient, initialement, être déployés dans quatre quartiers chauds de la région du Grand Montréal.

Ce déploiement graduel vise près de 1600 établissements et se poursuivra ensuite dans toutes les écoles primaires du Québec d'ici quelques semaines.

«Chacun des établissements d'enseignement préscolaire et primaire de ces territoires aura à sa disposition des tests de dépistage rapide ainsi que les équipements de protection individuelle nécessaires à leur administration. Ces tests seront utilisés pour des élèves qui développent, au cours de la journée, des symptômes s'apparentant à ceux de la COVID-19», peut-on lire dans un communiqué.

Ces tests, qui peuvent fournir un résultat en 15 minutes, seront administrés par les membres du personnel scolaire désignés par les directions d'école ayant suivi la formation requise.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.