/news/law

Le propriétaire d’un pitbull qui a défiguré une fillette refuse de sortir de prison

Karim Jean Gilles

Photo d'archives, Frédérique Giguère

Le propriétaire d’un pitbull qui a défiguré une fillette il y a six ans à Brossard refuse de sortir de prison, bien qu’il serait admissible à une libération d’office. 

• À lire aussi: Fillette défigurée par un pitbull: le maître ne fait ni efforts ni progrès

• À lire aussi: Karim Jean-Gilles condamné à 4 ans de prison

«Lorsque le moment est venu pour vous de quitter l’établissement, vous avez refusé. Vous n’étiez pas d’accord avec les conditions imposées par la Commission et vous ne vouliez pas être libéré à Winnipeg, car vous n’y aviez aucun soutien», peut-on lire dans la décision de la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC), au sujet de Karim Jean-Gilles.

Mais c’est que l’homme de 38 ans a tout simplement refusé de collaborer lorsqu’est venu le temps d’élaborer son plan de sortie. 

Idéologie anti-autorité 

Selon la CLCC, Jean-Gilles adhère à «une idéologie d’un groupe extrémiste anti-gouvernement/anti-autorité, appelé “Freeman of the Land” qui affirme que le gouvernement moderne est corrompu et que les individus ne sont pas obligés d’interagir avec l’État ou ses agents», peut-on lire. 

Et depuis sa détention, il manifeste «une résistance relativement constante à l’égard du système de justice pénale et du système correctionnel». 

Karim Jean-Gilles purge une peine de près de six ans de pénitencier pour avoir notamment fait preuve de négligence criminelle causant des lésions, en laissant ses deux chiens sans laisse ni collier se promener dans un parc fréquenté par des enfants. 

Le 20 septembre 2015, le pitbull s’est rué sur la petite Vanessa Biron, 7 ans, qui était en train de jouer au parc avec sa mère et sa sœur. L’animal l’a mordue au visage, lui laissant de graves séquelles. La fillette a eu la mâchoire fracturée en sept morceaux, la joue broyée, la glande salivaire arrachée et l’oreille interne détruite, entre autres. 

Écoutez le tour des actualités de Philippe-Vincent Foisy et Carl Marchand sur Qub radio: 

Risque inacceptable  

Deux ans après les événements, lorsqu’un huissier s’était présenté chez lui pour lui signifier qu’il devait comparaître, Jean-Gilles l’avait sauvagement battu.

Des policiers qui ont été dépêchés à son domicile ont aussi dû se mettre à plusieurs pour l’arrêter. Il avait frappé un agent avec suffisamment de force qu’il avait perdu conscience. 

Depuis qu’il est détenu, Karim Jean-Gilles n’a suivi aucun programme pour régler ses problèmes de comportements violents. La CLCC a décidé de révoquer sa libération d’office.

«Vous présenterez un risque inacceptable pour la société si vous êtes libéré d’office et que votre libération ne contribuera pas à la protection de la société en favorisant votre réinsertion sociale», conclut-on.

 – avec Claudia Berthiaume

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.