/news/law

Téléchargement «accidentel» de pornographie juvénile: l’accusé déclaré coupable

Statue of justice

sebra - stock.adobe.com

Un homme de 51 ans qui disait avoir téléchargé de la pornographie juvénile accidentellement a été reconnu coupable de possession, de distribution et d’accès à un tel matériel, vendredi, au palais de justice de Trois-Rivières.

Mario Michel Tardif a été traqué sur internet par des inspecteurs de la Sûreté du Québec entre les mois de septembre et décembre 2016, puisque des activités de téléversement de pornographie juvénile avaient été repérées à partir de son adresse IP. 

Une saisie a eu lieu chez lui, à Saint-Stanislas, à un peu plus de 40 km au nord-est de Trois-Rivières, en mai 2017, et 11 000 fichiers graphiques ont été saisis dans son ordinateur personnel. Certains impliquaient même des bébés.

Le juge de la Cour du Québec, Jacques Trudel, a qualifié la version des faits de l’accusé «d’invraisemblable», venant dès lors ternir la crédibilité de son témoignage. 

Le délinquant avait soutenu lors du procès que la pornographie juvénile «l’horrifie, le dégoûte, le met en état de choc», mais d’autre part, dans de son interrogatoire avec les enquêteurs de la SQ, il avait avoué que c’était «juste de la curiosité, de la criss de curiosité [...]. De l’osti de curiosité de marde». «J’ai creusé ma tombe», avait-il dit.

Les versions contradictoires de l’accusé entre la déclaration aux policiers et celle de son témoignage semblent avoir eu un effet marqué sur le magistrat qui a, à maintes reprises, souligné cette incohérence. 

«Il plaide la possession innocente, l’absence d’intention de télécharger la matière en litige, puis en même temps, il parle de curiosité», a déclaré le juge Trudel.

«Cette version [celle de l’accusé] est truffée de contradiction [...] je ne crois pas cette version», a affirmé celui qui préside le tribunal.

Mario Michel Tardif a donc été déclaré coupable «sans aucun doute raisonnable» de trois chefs d’accusation en matière de pornographie juvénile. Son avocat, Me Alexandre Biron, entend présenter une requête en inconstitutionnalité sur la peine minimale. 

Tardif doit revenir en cour dans les prochains mois pour connaître sa peine.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.