/news/culture

«The Globe and Mail»: la grève évitée grâce à une nouvelle entente

Une nouvelle entente de trois ans entérinée jeudi soir a évité in extremis une grève des travailleurs du journal «The Globe and Mail».  

La direction du quotidien et la section syndicale Unifor représentant quelque 250 employés sont parvenues à un accord entérinant une nouvelle convention collective entrée en vigueur jusqu’au 20 juin 2024. 

Les négociations ont porté notamment sur les conditions de travail, les salaires, la diversité et les prestations de santé mentale.  

L’entente prévoit une augmentation de 2 % de toutes les échelles salariales jusqu’à concurrence de 150 000 $, avec effet rétroactif au 1er juillet 2021. 

Les salariés recevront également une augmentation de 1 % le 1er juillet 2022 et une autre de même valeur une année plus tard, selon le syndicat qui précise que l’employeur s’est engagé à revoir les écarts salariaux. 

«En cette ère de gel des salaires dans les médias, nous sommes heureux d'avoir pu réaliser des gains salariaux, ainsi que des améliorations dans d'autres domaines», s’est félicité Paul Morse, président de la section locale 87-M d’Unifor. 

«Félicitations à l'équipe de négociation tenace pour avoir conclu cette entente», a déclaré pour sa part Jerry Dias, président national d'Unifor. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.