/news/currentevents

Un pédophile de Lac-Beauport à risque de récidiver

Jean-Roch Barbeau

Photo d’archives

Jean-Roch Barbeau

Un pédophile de Lac-Beauport qui a fait une dizaine de victimes au Québec et en République dominicaine sur une période de 40 ans pourrait être déclaré délinquant à contrôler. 

C’est la demande qui a été faite, vendredi, par le procureur aux poursuites criminelles et pénales Me Michel Bérubé à l’encontre du prédateur sexuel Jean-Roch Barbeau. 

La requête déposée devant le juge Mario Tremblay stipule que « les infractions commises constituent des sévices graves à la personne » et qu’il y aura lieu de prononcer une peine « supérieure à deux ans d’emprisonnement » à la suite des observations sur la peine. 

« Trois fois supérieur »

Le risque de récidive de l’accusé serait également, selon les différentes évaluations effectuées, « trois fois supérieur à la moyenne des délinquants sexuels ». 

Dans le rapport d’évaluation produit par l’Institut Philippe-Pinel, ce serait principalement l’âge de Barbeau qui contribuerait à diminuer son risque de récidive. 

Toutefois, comme le dernier délit du Lac-Beauportois est survenu en 2018, alors qu’il avait 67 ans, l’auteur du rapport a noté que « le vieillissement ne semblait pas, jusqu’à maintenant, avoir été un facteur de protection très efficace contre la récidive ». 

Toujours selon le rapport de Pinel, il existe une « possibilité réelle de maîtriser le risque de récidive » dans la mesure où Barbeau sera soumis au respect de plusieurs conditions. 

La demande d’assujettissement à une ordonnance de surveillance de longue durée proposée par le ministère public en est donc une de 10 ans. 

16 chefs d’accusation

Invitée à se faire entendre sur cette demande, Me Nancy Quirion, qui défend les intérêts de l’accusé, a fait savoir au président du Tribunal qu’elle devra s’entretenir avec son client pour déterminer avec lui si une contre-expertise sera demandée. 

Elle a également mentionné que Barbeau, hospitalisé pendant quatre semaines cet été, avait été en mesure de lire le rapport de Pinel. 

« Toutefois, je ne pense pas que monsieur saisit bien l’ampleur d’une demande de délinquant à contrôler », a-t-elle ajouté. 

Les parties ont donc convenu de se revoir à la mi-décembre. 

Au mois de mai, Barbeau a plaidé coupable à 16 chefs d’accusation pour agression sexuelle, attouchements, attentat à la pudeur, grossière indécence et action indécente à l’égard de jeunes garçons qui étaient âgés de 6 à 16 ans au moment des tristes événements. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.