/news/coronavirus

600 travailleurs recherchés pour une étude sur les anticorps

Au front depuis le début de la pandémie, des travailleurs ayant de nombreux contacts avec le public sont visés par une nouvelle étude. 

• À lire aussi: Les experts en faveur d'une 3e dose de vaccin, mais pas pour tous les Américains

• À lire aussi: COVID-19: le plasma convalescent n’aide pas à traiter la forme grave de la maladie

• À lire aussi: Le lancement du vaccin de Medicago repoussé

Le Centre de recherche en infectiologie de l’Université Laval souhaite recruter 600 participants afin d’étudier la possible présence d’anticorps chez eux.

«On sait que dans les bars ou dans les restaurants, les clients, pendant un certain temps, ne portent pas de masque. Alors, on veut mesure l’exposition de ces gens-là au virus», a expliqué à TVA Nouvelles la responsable de la recherche, Sylvie Trottier.

L'objectif est de mieux comprendre le virus. L'étude permettra aussi de vérifier l'efficacité de certaines mesures sanitaires.

Les tests avec les participants, qui se déroulent au centre de recherche de l'Université Laval, vont se terminer en mars 2022. Jusqu'à présent, sur les 600 participants espérés, 300 ont été recrutés.

«On peut être vacciné ou non vacciné, ça n'a aucune importance. Étant donné le bras inné de cette étude-là qui est plus compliquée, il faut être capable de se déplacer au CHUL», indique Sylvie Trottier.

Pour voir le reportage complet, visionnez la vidéo ci-haut.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.