/regional/montreal/lanaudiere

Rapport sur les interpellations policières à Repentigny: l’importance de reconnaître la discrimination systémique

sirène police gyrophares bloc

Photo Fotolia

À la suite du dévoilement d’un plan d’action contre le profilage racial à Repentigny jeudi, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) affirme qu’il est important de reconnaître l'existence de la discrimination systémique.

• À lire aussi: La police de Repentigny adopte un plan d’action contre le profilage racial

• À lire aussi: Les fusillades occupent les chiens

«Les recommandations que la Commission a faites depuis plusieurs années ne se limitent pas à la seule ville de Repentigny. En ce sens, ce rapport devrait interpeller l'ensemble des services de police du Québec en vue de revoir les pratiques pour assurer le droit à l'égalité des communautés racisées qui sont surinterpellées par les services de police», a déclaré Myrlande Pierre, vice-présidente de la Commission responsable du mandat Charte.

Pour la CDPDJ, «il n'est pas nécessaire d'avoir l'intention de discriminer pour qu'il y ait profilage racial, il faut plutôt s'attarder aux effets du système en place, des actions, des pratiques et des normes sur les personnes racisées».

Selon le rapport du Service de police de la Ville de Repentigny, de 2016 à 2019 les personnes issues de minorités visibles ont été jusqu’à trois fois plus à risque d’être interpellées par ses policiers que les personnes blanches.

Le plan d’action du corps policier propose une série d’initiatives, sur cinq ans, s’articulant autour de cinq volets: culture organisationnelle, opérations, ressources humaines, communications et écosystème.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.