/news/society

Des orques en voie de disparition prêtes pour un baby-boom

Des épaulards en voie de disparition pourraient connaitre un baby-boom prochainement selon les chercheurs qui suivent les spécimens, a rapporté le «Vancouver Sun» dimanche. 

• À lire aussi: Une mouette s'invite dans une vidéo romantique

• À lire aussi: Six lions et trois tigres du zoo de Washington infectés à la COVID

• À lire aussi: Trafic maritime: les «licornes» de l’Arctique menacées par les navires

Les scientifiques de la Sealife Response, Rehabilitation and Research, une organisation à but non lucratif basée dans l’État de Washington, ont, grâce à des images de drones, été en mesure de confirmer que les cétacés J36, J37 et J19, appartenant au clan J, ou J-Pod, étaient dans divers états de grossesse. Il n’y a cependant pas encore de calendrier précis pour les naissances.

J19, connu sous le nom de Shachi, est le deuxième membre le plus âgé du clan. L’orque de 42 ans et a déjà accouchée deux fois. Son premier, un mâle connu sous le nom de J29, n'a survécu que quelques semaines, mais sa deuxième, J41, ou Eclipse, née en 2005, a accouché deux fois et à chaque fois, J19 a aidé à élever les veaux.

J36, ou Alki, a pour sa part 22 ans et n'a accouché qu'une seule fois, en 2015. Le veau, J52, ou Sonic, est décédé six mois plus tard, peu après le sevrage.

Quant à J37, connue sous le nom de Hy'Shqa, 20 ans, elle a donné naissance à des mâles en 2012 et en 2015. J49 fait toujours partie de J-Pod, alors que J55 (Betel) est décédé.

Les jeunes orques ont environ une chance sur deux de survie, a souligné Dawn Noren, biologiste à la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), en entrevue avec le «Victoria Times Colonist».

D’après la chercheuse, le clan est confronté à de nombreux défis, notamment la diminution des stocks de saumon, leur principale source de nourriture, à la hausse des toxines nocives dans l'eau et dans la nourriture et à l'augmentation du bruit des bateaux.

Plusieurs membres du clan ont récemment été signalés dans le détroit de Georgia, autour de Vancouver, cherchant du saumon dans le fleuve Fraser.

Comme le saumon se fait de plus en plus rare, les mères doivent travailler très dur pour chercher de la nourriture, souvent au milieu du bruit des bateaux qui affecte leur écholocalisation et leur chance de trouver du poisson, a souligné Mme Noren. Les mères orques augmentent leur consommation alimentaire de 25 % pendant la grossesse, puis la doublent après l'accouchement pour produire du lait pour leurs veaux.

Selon le réseau Orca, qui suit les orques du sud, d’où est originaire le J-Pod, 44 orques sont nées et ont survécu depuis 1998. Au cours de la même période, 80 ont disparu ou ont été confirmées mortes.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.