/news/elections

Chicoutimi-Le Fjord: le lieutenant québécois des conservateurs va-t-il sauver son siège?

La lutte s'annonce serrée dans Chicoutimi-Le Fjord à l'occasion des élections fédérales de lundi alors que le conservateur Richard Martel tente de se faire élire une troisième fois en moins de quatre ans.

• À lire aussi: Guide de l’électeur: des luttes serrées à suivre aux quatre coins du Québec

• À lire aussi: Pénurie de main-d’oeuvre: le fédéral doit régler le problème pour de bon

• À lire aussi: Les conservateurs ciblent le port de Grande-Anse à Saguenay

L'ancien entraîneur de hockey a été élu pour la première fois lors d'une élection partielle en juin 2018.

Au scrutin de 2019, il avait gagné son élection, mais de justesse. Il avait obtenu quelques centaines de voix de plus que sa plus proche rivale, la candidate bloquiste Valérie Tremblay.

Cette fois-ci, le lieutenant québécois des conservateurs affrontera une figure bien connue du monde syndical. Julie Bouchard est la présidente du Syndicat des professionnels en soins du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La mère de famille et infirmière de formation évaluait ses chances de remporter la victoire à 95 %, lundi matin.

«Je pense sincèrement que le fait que j'amène une nouvelle vision et que je sois une femme va m'aider, a affirmé la candidate bloquiste, qui s'est prévalue de son droit de vote par anticipation. J'amène aussi un bon bagage avec moi et je me suis toujours tenue debout, même dans des situations difficiles.»

Richard Martel a assuré, de son côté, ne pas se sentir fatigué.

«Les gens veulent sortir Trudeau, alors l'option c'est les conservateurs, a-t-il mentionné. C'est pour ça que ce n'est pas la même chose qu'en 2019. J'ai confiance, mais c'est une confiance prudente.»

Le candidat libéral, Jean Duplain, croit que son parti pourrait causer de belles surprises dans plusieurs circonscriptions.

«Le vote libéral va sortir plus fort que ce que les sondages nous ont démontré», a-t-il précisé.

Le Nouveau Parti démocratique est représenté par un jeune homme.

«Peu importe ce qui va arriver, nous on sent qu'on a fait le travail sur le terrain pour promouvoir des idées progressistes», a souligné Ismaël Raymond, qui en est à sa première expérience comme candidat.

L'ancien militaire à la retraite Jimmy Voyer est candidat pour le Parti populaire du Canada.

Vingt pour cent des quelque 65 000 électeurs de la circonscription se sont prévalus de leur droit de vote par anticipation.

Le taux de participation avait atteint 66 % aux élections fédérales de 2019.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.