/regional/quebec/chaudiereappalaches

Cri du coeur: l’opération qui le fera marcher retardée en raison du délestage

Alexis Bilodeau, à l’avant-plan, est en attente depuis plusieurs mois d’une chirurgie qui lui permettra de marcher. Sur cette photo, on le voit en compagnie de son père, Guillaume Bilodeau, de sa mère, Elizabeth Dumas, et de sa petite sœur, Marion. Elizabeth Dumas déplore le fait que les non-vaccinés risquent d’engendrer d’autres délais pour son fils.

Photo courtoisie

Alexis Bilodeau, à l’avant-plan, est en attente depuis plusieurs mois d’une chirurgie qui lui permettra de marcher. Sur cette photo, on le voit en compagnie de son père, Guillaume Bilodeau, de sa mère, Elizabeth Dumas, et de sa petite sœur, Marion. Elizabeth Dumas déplore le fait que les non-vaccinés risquent d’engendrer d’autres délais pour son fils.

Une mère de famille implore les récalcitrants de se faire vacciner pour aider son fils de 5 ans qui est en attente depuis presque deux ans d’une opération qui lui permettra de marcher.

Le Journal rapportait la semaine dernière que Québec n’a pas encore commencé à rattraper son retard dans les chirurgies, si bien que presque autant de Québécois attendent de passer sous le bistouri qu’en mars dernier, après le délestage massif de la deuxième vague.

Elizabeth Dumas, de Lévis, ajoute sa voix à celles de nombreux autres patients et médecins qui pestent contre ces délais. 

Son fils, Alexis, est né avec un rare syndrome et doit subir une intervention au bassin qui lui permettra de marcher. Mais depuis deux ans, les reports de rendez-vous et de suivis se multiplient.

« Le bassin d’Alexis est un peu vers l’avant. Lorsqu’il est debout, il est déséquilibré, il n’a pas la physionomie pour marcher présentement », explique la mère de famille. 

En attendant, le garçon se débrouille en se déplaçant sur les fesses ou à l’aide d’une petite bicyclette pour enfant. Il n’utilise que très peu le fauteuil roulant.  

Prévue à l’automne 2019

Prévue initialement à l’automne 2019, la chirurgie a été repoussée au printemps suivant. En raison du délestage, elle a été reportée de nouveau et la famille attend toujours le grand jour. 

Près de 145 000 personnes étaient en attente d’une chirurgie au Québec à la mi-août, dont le tiers depuis plus de six mois.

« Tout est plus lent, tout est retardé. Avec notre garçon, nous sommes victimes depuis longtemps du délestage, poursuit Mme Dumas. Cette chirurgie, on a hâte qu’elle soit derrière nous, on a hâte aussi qu’elle soit faite pour son indépendance à lui. » 

Ramer tous ensemble

Bien que le seuil de la population adéquatement vaccinée soit de plus de 83 % chez les 12 ans et plus au Québec, les non-vaccinés peuvent continuer d’entraîner encore des délais, se désole la mère.

« En ce moment, dans notre société, nous sommes une gang qui ramons d’un côté, et de l’autre, ça ne rame pas, donc on tourne en rond. Pouvons-nous tous ramer dans le même sens, avancer et nous sortir de cette cochonnerie-là ? » conjure Mme Dumas.

Le temps presse

Qui plus est, le syndrome d’Alexis entraîne également une capacité respiratoire restrictive, un autre obstacle qui peut retarder la chirurgie du petit garçon.

« On tombe dans la période des rhumes, les médecins ne voudront pas prendre le risque en plus de l’opérer [s’il est malade] », termine la mère d’Alexis.


Le Québec a enregistré dimanche 821 nouvelles infections à la COVID-19 et trois décès, 277 personnes étaient hospitalisées (+43) dont 87 aux soins intensifs (+9). 

Liste d’attente pour une chirurgie   

Chaudière-Appalaches : 6388 patients  

Capitale-Nationale : 13 087 patients  

Montréal : 43 872 patients  

Au Québec : 144 771 patients, dont 48 840 attendent depuis plus de 6 mois.        

Source : ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS)

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.