/news/coronavirus

Les Européens vaccinés avec l'AstraZeneca devraient pouvoir venir aux États-Unis

Les Européens vaccinés avec le sérum d'AstraZeneca devraient pouvoir venir aux États-Unis en novembre bien que ce vaccin ne soit pas reconnu par l'Agence américaine du médicament, a indiqué lundi à l'AFP le commissaire européen Thierry Breton, à l'issue d'une réunion à Washington.

• À lire aussi: Pfizer ouvre la voie à la vaccination dès 5 ans

• À lire aussi: En Italie, l'extension du pass sanitaire encourage les prises de rendez-vous de vaccination

La Maison-Blanche a annoncé peu avant la levée de l'interdiction de voyage à partir de «début novembre» pour toutes les personnes en provenance de l'étranger à condition qu'elles soient entièrement vaccinées contre le Covid-19.

«Cela concerne l'ensemble des personnes vaccinées avec des vaccins qui sont reconnus par la FDA», l'Agence américaine des médicaments, a expliqué M. Breton, chargé de coordonner l'approvisionnement de l'Union européenne en vaccins anti-Covid et qui s'est entretenu avec le coordinateur de la lutte contre la pandémie à la Maison-Blanche, Jeff Zients.

«Il m'a dit que pour les autres vaccins, pour AstraZeneca notamment, c'est leur agence de santé qui allait décider mais il avait l'air d'être positif et optimiste», a-t-il ajouté.

«Ce que j'ai compris des discussions que nous avons eues, c'est qu'il était confiant et que c'était du ressort de l'agence de santé mais compte tenu des données qui sont disponibles (sur les vaccins reconnus par les autorités de santé européennes), il n'avait pas d'inquiétude», a-t-il expliqué.

Thierry Breton a interrogé M. Zients sur le calendrier, demandant si cette autorisation pourrait intervenir d'ici le 1er novembre, date effective de la levée des restrictions: «Il avait l'air d'être positif sur les dates aussi», a-t-il dit.

Thierry Breton a souligné que ses équipes avaient travaillé d'arrache-pied pour faire lever ces restrictions «qui n'avaient plus aucun sens».

Lundi, il a argué auprès des Américains que l'Europe était «devenu le premier continent du monde non seulement en matière de production de vaccins, en matière d'export puisqu'on exporte plus de la moitié de notre production contrairement aux États-Unis. Mais aussi en ce qui concerne le nombre de personnes vaccinées puisque nous sommes le premier continent au monde en nombre de personnes +fully vaccinated+», entièrement vaccinées.

«On est dans une situation où on est le premier continent et on figure sur les restrictions au même titre que la Chine, l'Iran, et d'autres pays, cela n'a absolument aucun sens», a-t-il insisté.

Thierry Breton est en voyage à Washington lundi et mardi.

Mardi, il fera une intervention devant le centre de réflexion américain Atlantic Council.

Washington lève des restrictions qui pesaient depuis mars 2020 sur les voyageurs en provenance notamment de l'Union européenne, du Royaume-Uni, ou de Chine, puis s'appliquant plus tard à l'Inde ou au Brésil.

Jeff Zients a insisté sur le fait que cette décision, qui intervient dans un contexte de grande tension entre la France et les États-Unis, était «dictée par la science».

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.