/finance/homepage

Grève chez le distributeur alimentaire Colabor

Photo Elsa Iskander

Les employés du distributeur alimentaire Colabor, qui assure l’acheminement d’aliments dans une foule de commerces et d’institutions, ont entamé une grève d’une semaine à l’entrepôt de Lévis.

• À lire aussi: Pas d'employés pour la livraison: des restaurateurs forcés d'aller chercher eux-mêmes leurs denrées

La grève, amorcée lundi, se poursuivra jusqu’à dimanche, a fait savoir le Syndicat des travailleuses et travailleurs de Colabor Lévis – CSN par communiqué mardi.

Les employés en grève réclament avant tout une hausse salariale, dans le contexte de la pénurie de main-d’œuvre qui rend difficile le recrutement d’effectifs.

«Actuellement, nos salaires sont équivalents au salaire d’embauche chez les compétiteurs. L’employeur ne s’aide vraiment pas et ne nous aide vraiment pas en période de pénurie de main-d’œuvre», a plaidé le président du syndicat, André Boisvert.

Colabor distribue des denrées dans des restaurants et des hôtels, mais aussi dans des hôpitaux, des écoles, des CPE et des résidences pour aînés.

«Ce travail doit être reconnu à sa juste valeur; il faut respecter les gens qui l’effectuent, et ça, ça passe par un meilleur salaire et de bonnes conditions de travail», a avancé Barbara Poirier, présidente du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN).

Malgré la grève, les employés se sont entendus pour maintenir des services essentiels, notamment en continuant d’alimenter les clients gouvernementaux et en santé.

Ceux-ci, qui en sont à leur première grève, n’ont pas l’intention de la poursuivre au-delà de dimanche. «La grève cette semaine, c’est un avertissement, on veut montrer qu’on est sérieux. C’est encore possible d’éviter un long conflit, nous sommes disponibles en tout temps pour négocier si l’employeur est prêt à bouger», a indiqué M. Boisvert.

Le manque de main-d’œuvre chez Colabor se fait sentir depuis des mois. En juillet, le Journal de Québec avait rapporté que des restaurateurs avaient été contraints de se rendre directement à l’entrepôt de Lévis pour récupérer leurs denrées, l’entreprise de distribution n’étant pas en mesure de les livrer, faute d’employés.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.