/regional/estduquebec/cotenord

La pénurie de matelots force la diminution des traversées entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine

La pénurie de matelots force la Société des traversiers du Québec à diminuer la fréquence des traversées de la rivière Saguenay entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine.

• À lire aussi: Des employés de la traverse Tadoussac-Baie-Sainte-Catherine entérinent l’entente de principe

• À lire aussi: STQ: les traversiers renouvellent leur mandat de grève

• À lire aussi: Tadoussac-Baie-Sainte-Catherine: entente de principe entre la STQ et le syndicat Unifor

Pour une durée indéterminée, un seul navire sera en fonction de 18 h à 10 h. Les traversées se dérouleront toutes les 40 minutes. Durant la nuit, il n’y en aura qu’une seule par heure.

Pour des camionneurs rencontrés mardi matin à l'aire d'attente de la traverse à Tadoussac, la situation entraîne des délais supplémentaires.

«On arrive plus tard à nos rendez-vous», explique un camionneur rencontré par TVA Nouvelles.

La Société des traversiers du Québec explique que, malgré les efforts de recrutement, il n'est plus possible de combler tous les quarts de travail des matelots, dont un nombre minimum est requis pour effectuer les traversées.

Le porte-parole de la STQ, Bruno Verreault, donne en exemple le traversier Armand-Imbault 2 qui accueille 432 passagers.

«Nous allons avoir besoin de cinq matelots à bord. S'il en manque un seul, nous ne pouvons pas naviguer avec le navire», indique-t-il.

Un nouveau pont?  

Cette diminution de service désole le porte-parole de la coalition Union 138, Guillaume Tremblay, qui milite pour la construction d'un pont au-dessus de la rivière Saguenay.

«La saison touristique n'est pas terminée, la saison de la chasse commence, les pourvoiries vont être pleines. On attend encore beaucoup de visiteuses et visiteurs sur la Côte-Nord. Pour nous, de voir un service réduit alors que c'est déjà inefficace, c'est totalement inacceptable», estime Guillaume Tremblay.

Le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, en rajoute: «Pour les Québécois et Québécoises qui veulent venir sur la Côte-Nord ou qui veulent sortir, on est en train de dire: la Côte-Nord, ce n’est pas essentiel, c'est un strict minimum. Pour nous, le pont, c'est la solution ultime. Fiable, sécuritaire et surtout, chaque jour, on peut traverser».

En 2018, le gouvernement du Québec a mis en place un bureau de projet pour étudier la possibilité de construire un pont entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine. Le ministère des Transports du Québec procède actuellement à une étude d'opportunité sur ce projet.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.