/news/coronavirus

Très peu d’amendes aux commerçants après une semaine de passeport vaccinal

Passeport vaccinal

Capture d'écran

L'implantation du passeport vaccinal semble s'être faite en douce chez les commerçants québécois et on ne rapporte qu'une poignée d'amendes à travers la province depuis son entrée en vigueur.

• À lire aussi: Vaste opération policière au Québec pour assurer le respect du passeport vaccinal

• À lire aussi: L'industrie des bars mécontente des mesures sanitaires

• À lire aussi: Les antivax font mal aux commerces

En date du 19 septembre, seulement trois constats ont été remis par des corps policiers concernant l’application du passeport vaccinal, sur un total de 1066 contrôles de lieux ou d’activités visés par la mesure, rapporte le ministère de la Sécurité publique du Québec.

Si le passeport est apparu au début du mois, des sanctions sont applicables seulement depuis le 15 septembre. 

Les propriétaires de bars, de restaurants et de salles de spectacles sont parmi ceux qui doivent exiger un code QR à leurs clients, sans quoi ils s’exposent à des amendes allant de 1000$ à 6000$.

L’ensemble des corps policiers du Québec seront d’ailleurs mobilisés jusqu’au 1er novembre pour s’assurer que les règles soient respectées.

Transition réussie?

Chez les restaurateurs, l’implantation du passeport se serait bien déroulée malgré certaines embûches, comme des difficultés à lire les codes QR.

«On compose avec la lourdeur, a mentionné François Meunier, porte-parole de l’Association des restaurateurs du Québec. Somme toute, la clientèle est au rendez-vous.»

Cette mesure amplifierait par ailleurs la pénurie de main-d’œuvre déjà criante dans le milieu. 

«C’est la lecture du code, pièce d’identité, tenue d’un registre, et dans certains cas, ça peut demander à ce qu’il y ait un employé à l’entrée à toutes les périodes de pointe, a indiqué M. Meunier. On ne l’a pas nécessairement cette personne-là. Il faut mettre les bouchées doubles.»

Cause à effets

Tous ces efforts sont néanmoins encourageants, considère le Dr Christian Jacob, président de l’Association des microbiologistes du Québec.

Le fait que les entreprises soient surveillées et conscientes des risques de refuser d’imposer le code QR renforce l’utilisation du passeport, a-t-il observé.

Parallèlement, le nombre d’éclosions actives dans la province semble en légère baisse, selon les données de l’Institut national de santé publique du Québec, et la nouvelle restriction du gouvernement pourrait bien être en cause.

«Le passeport vaccinal influence le taux de vaccination, qui, lui, va influencer tout le reste. Je pense qu’il y a un lien à faire certainement», a tranché le Dr Jacob.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.