/news/elections

Trois-Rivières : «On n’a pas de meilleure preuve que chaque vote compte»

La lutte s’annonce très serrée dans la circonscription de Trois-Rivières alors que le bloquiste René Villemure et l’ancien maire Yves Lévesque, qui représente les conservateurs, sont présentement à moins de 100 votes l’un de l’autre. 

• À lire aussi: Les candidats au coude-à-coude dans Trois-Rivières

• À lire aussi: Élections Canada dresse un bilan positif, malgré les ratés

• À lire aussi: Un taux de participation abyssal

Yves Lévesque dit faire confiance aux équipes d’Élections Canada qui s’affairent à dépouiller toutes les boites de scrutin. 

«Vous savez qu’aujourd’hui, il restait trois boîtes à ouvrir hier soir. On a la confirmation du directeur général des élections qu’ils les ouvrent aujourd’hui. Demain, ils vont ouvrir les votes par la poste et les votes faits directement au bureau du directeur général des élections, il y a 3000 votes», explique le candidat. 

Ainsi, Yves Lévesque ne s’attend pas à un résultat final avant mercredi soir, selon les meilleurs scénarios. 

«Il reste quand même 3000 votes qui seront dépouillés demain, et on verra le résultat final, on a encore espoir», souligne-t-il. 

Il espère toutefois prendre de l’avance sur son principal, René Villemure. 

«Ça prouve aujourd’hui quand on dit aux gens “Allez voter, chaque vote compte”, bien je pense qu’on n’a pas de meilleure preuve aujourd’hui que chaque vote compte», croit Yves Lévesque.

Une longue attente 

Questionné à savoir comment il vit cette attente de résultat, l’ancien maire de Trois-Rivières souligne qu’il est un homme «terre-à-terre» et «réaliste». 

«La seule chose qu’on contrôle dans la vie c’est soi-même. Moi j’ai fait le travail que j’ai à faire, le reste, c’est les gens qui décident», affirme le candidat conservateur. 

Le candidat en a toutefois profité pour fustiger Justin Trudeau d’avoir déclenché une élection en pleine pandémie. 

«La seule bonne nouvelle, c’est qu’on va être autour de la table. C’est certain que si on est élu, on va poser des questions», lance Yves Lévesque. 

Division du vote

Pour le candidat conservateur, le fait que les votes soient si serrés découle directement de la division du vote faite par le Parti populaire de Maxime Bernier. 

«Vous regardez les chiffres, il a eu 1100 votes. Ces électeurs-là qui ont voté pour Maxime Bernier, c’est des votes pour le Parti conservateur. Alors juste ça, on aurait gagné», explique Yves Lévesque. 

Il croit aussi que le départ de Robert Aubin, ancien candidat du NPD dans la circonscription de Trois-Rivières, a fait gagner des votes au Bloc Québécois et au Parti libéral. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.