/news/coronavirus

Un décès «toutes les heures» au CHSLD Herron

« À toutes les heures, un résident décédait. » C’est le sombre constat dressé par un ex-chef des ressources humaines présent au CHSLD Herron le 8 avril 2020, devant la coroner qui préside les audiences publiques. 

• À lire aussi: CHSLD Herron: plusieurs versions contradictoires entendues lors des audiences publiques

• À lire aussi: CHSLD Herron: une médecin de famille sermonnée par la coroner

Au moins six résidents sont décédés cette journée-là et le lendemain, Alexandre Mercier, alors chef de service aux ressources humaines au CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, se faisait dire de rentrer chez lui, car c’était « trop dangereux », a-t-il témoigné hier.

Les espaces restreints ne permettaient pas la distanciation physique et des employés ne portaient pas nécessairement les équipements de protection, par exemple. Il cherchait alors à combler les quarts de travail du centre d’hébergement.

Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay

Résidents sacrifiés  

C’est à ce moment que la coroner Géhane Kamel s’est demandé si les résidents du CHSLD Herron avaient été « sacrifiés ».

« Pourquoi on ne les sort pas? Pourquoi personne ne prend ce leadership? Pourquoi cette centaine de résidents ne sont pas dispersés [ailleurs] sur l’île de Montréal? » s’est-elle questionnée.

Il manquait aussi d’employés ailleurs et on n’a pas voulu répandre la COVID-19, a suggéré M. Mercier, même si cette décision ne reposait pas sur ses épaules. « Donc, on les a sacrifiés? », a poursuivi la coroner.

Néanmoins, Alexandre Mercier a souligné que l’intervention du CIUSSS a sauvé des vies. « Si le CIUSSS ne rentrait pas [à Herron], je vous garantis que la totalité des résidents décédait», a-t-il dit.

Trous noirs  

Hier, la coroner Kamel a de nouveau déploré que des « trous noirs » persistent dans le fil des événements.

« Chaque fois qu’on pose des questions entre le 29 mars et le 10 avril, on ne sait pas », a-t-elle laissé tomber. Elle cherchait alors à savoir auprès de Nathalie Pigeon, qui était conseillère-cadre à la prévention des infections au CIUSSS, si un dépistage massif des résidents avait été mené.

Cette dernière avait toutefois soulevé d’importantes lacunes dès le début de l’éclosion, comme l’absence de distanciation physique, le manque de masques ou de procédure à suivre pour les cas suspects.

« Désespéré »  

Témoignant en fin de journée, l’ex-directeur général du CHSLD, Andrei Stanica s’est décrit comme « désespéré » dès la fin janvier pour trouver du personnel après une quinzaine de départs.

Il a relaté que la compétition du réseau public, offrant 6 $ de l’heure de plus, lui compliquait la tâche. Mais il s’est dit incapable de répondre à savoir s’il pouvait augmenter ses salaires, régis par une convention collective.

Le loyer mensuel du Herron était de 3150 $ et 5650 $, selon les services nécessaires.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.