/news/society

Les éducatrices en CPE affiliées à la CSQ votent six jours de grève

Avec une écrasante majorité de 95 %, les intervenantes en petite enfance affiliées à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) ont voté mardi en faveur d'un mandat de six jours de grève.

• À lire aussi: Un mandat de grève pour les CPE de la Mauricie et du Centre-du-Québec

• À lire aussi: Grève dans les CPE le 24 septembre

«Un peu partout au Québec, notre réseau est confronté à des bris de service ou même à des fermetures complètes. Dans un contexte de relance, nous avons tout intérêt à être fiers du modèle québécois de CPE et offrir de meilleures conditions de travail à ces personnes, en grande majorité des femmes, qui contribuent au développement de nos tout-petits», a déclaré le président de la CSQ, Éric Gingras, lors de l'annonce des résultats.

Par cette décision, les éducatrices espèrent un regain des négociations. Avec 18 mois sans convention collective, elles réitèrent leur désir d'en arriver à une entente le plus rapidement possible.

«Compte tenu que nous souhaitons laisser une deuxième chance à la négociation, nous avisons les parents que nos journées de grève ne seront pas déployées immédiatement. Ce matin, nous avons rencontré la présidente du Conseil du trésor, Sonia Lebel. Nous espérons que la volonté d'en arriver à une entente exprimée de part et autre se traduira en gestes à la table de négociation», a expliqué la présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ), Valérie Grenon.

Mardi matin, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) déplorait également la lenteur des négociations.

«Nous assistons à un véritable exode des travailleuses et travailleurs des CPE, qui quittent le réseau en grand nombre pour aller travailler dans d'autres domaines. Les offres déposées par le Conseil du trésor jusqu'à présent sont largement insuffisantes pour renverser cette tendance et assurer la pérennité des CPE», a souligné la présidente de la CSN, Caroline Senneville.

Rappelons que les éducatrices de la CSN ont voté jeudi dernier un mandat de grève de 10 jours qui débute le 24 septembre. La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et son syndicat affilié dans ce dossier, le Syndicat québécois des employées et employés de service, section locale 298 (SQEES-298), ont également déclaré mardi par voie de communiqué qu'il songaient à un nouveau mandat de grève.

Près de 13 000 éducatrices en CPE sont affectées par ce mandat de grève. La CSN quant à elle, compte 11 000 éducatrices dans son syndicat.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.