/regional/estduquebec/basstlaurent

Bas-Saint-Laurent: près de 2900 signalements à la DPJ dans la dernière année

Les directeurs de la protection de la jeunesse ont présenté mercredi le bilan de la dernière année, qui fait état de près de 118 000 signalements, dont près de 2900 au Bas-Saint-Laurent.

• À lire aussi: Grande région de Québec: un cri du cœur de la DPJ

• À lire aussi: Accusé d’avoir agressé chez lui une enfant de la DPJ

• À lire aussi: La confiance en la DPJ doit être restaurée, selon un expert

Sous le thème «Les enfants, notre priorité!», le 18e bilan de la DPJ révèle que 117 904 signalements ont été faits du 1er avril 2020 au 31 mars 2021 pour l’ensemble du Québec.

Il s’agit d’une légère diminution de 0,35 %, comparativement à 2019-2020.

Situation au Bas-Saint-Laurent

Au Bas-Saint-Laurent, 2889 signalements ont été traités, soit huit signalements par jour en moyenne et une hausse de 4,4 % comparativement au dernier bilan. Dans la région, sur les 2889 signalements, 1009 ont été retenus par la DPJ.

Les signalements retenus concernent majoritairement les mauvais traitements (28 %), la négligence (22,3 %) et les mauvais traitements psychologiques (16,7 %).

Dans la région, 68,6 % des enfants pris en charge par la DPJ sont demeurés dans leur milieu familial. La directrice de la protection de la jeunesse du Bas-Saint-Laurent confirme que le retrait complet d’un enfant de sa famille n’est pas une décision prise à la légère.

«De prendre la décision que le projet de vie d’un enfant ce ne sera plus avec ses parents, c’est une décision qu’on doit bien documenter et bien justifier», a dit Anne Duret.

Selon Mme Duret, certains juges souhaitent maintenir les enfants avec les parents biologiques le plus possible.

«Parfois, on fait face aussi à des juges qui souhaitent donner une autre chance à ces parents-là», a-t-il dit.

Situation en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine

En Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, les signalements ont diminué de 2,7 % avec 1661. 

Quelque 629 de ces signalements ont été retenus. 

C’est une baisse des signalements retenus de 104 comparativement à l’exercice 2019-2020. Le taux de rétention des signalements est de 37,9 %. L’an dernier, il était de 42,9 %.

Situation sur la Côte-Nord

Les signalements ont aussi diminué sur la Côte-Nord, dans son cas de 5,4 %, pour un total de 3863 signalements. Cette statistique représente tout de même 10,5 signalements par jour en moyenne.

Quelque 994 signalements ont été retenus pour évaluation, ce qui représente 25,7 % des signalements traités.

Les quatre problématiques principales qui ont forcé des interventions de la DPJ sur la Côte-Nord sont les risques sérieux de négligence (toxicomanie, santé mentale, instabilité) à 31 %, la négligence à 24,9 % et les mauvais traitements psychologiques à 18,7 %.

Enfin, 56,2 % des signalements retenus ont conclu, après évaluation, à une décision de sécurité ou de développement compromis.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.