/news/currentevents

Quatre ados arrêtés: un massacre planifié dans une école de Montréal?

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

La police de Montréal pourrait avoir évité un carnage en arrêtant quatre adolescents qui auraient élaboré un plan détaillé pour s’en prendre à des camarades de classe.

Explosifs, armes à feu, liste de personnes à cibler. Un quatuor d’élèves âgés de 15 ans d’un établissement scolaire de Montréal aurait planifié un début d’année sanglant. 

Les adolescents, dont les identités sont protégées par une ordonnance de non-publication, auraient récemment comploté en vue de commettre un véritable massacre dans leur école secondaire. 

Ils ont tous été accusés en chambre de la jeunesse de menace de mort et complot de voies de fait graves. Si rien ne permet de déterminer pour l’instant qu’ils étaient prêts à passer à l’action, le plan prévu aurait été bien étoffé, a-t-on appris. 

Mauvaise blague ? 

Les jeunes auraient déjà discuté de l’utilisation d’explosifs ou d’une fusillade pour arriver à leurs fins. Ils auraient même dressé une liste de gens ciblés. Ils se seraient défendus en parlant plutôt d’« une mauvaise blague », selon nos informations. 

Aucune arme ni aucun engin explosif n’auraient été retrouvés. Mais les autorités ont jugé les propos assez inquiétants pour agir et les arrêter. 

Des cellulaires ont par contre été saisis et seront expertisés afin d’analyser les différentes conversations, a signifié mardi en cour la procureure de la Couronne au dossier, Me Joanie Trudel. 

Arrêtés le 3 septembre dernier, deux des jeunes ont comparu par vidéo le lendemain, avant d’être remis en liberté sous conditions. Leurs deux autres coaccusés ont pour leur part comparu pour la première fois mardi.  

Son nom sur une liste 

Parmi les conditions à respecter, il est interdit aux accusés d’entrer en contact avec un autre adolescent, dont on ne peut révéler l’identité. 

Selon nos informations, ce dernier se serait retrouvé sur la fameuse liste de victimes potentielles, puisqu’il aurait eu un conflit avec un des accusés.

Les jeunes doivent revenir en cour en novembre prochain pour la suite des procédures. 

L’école secondaire qu’ils auraient visée ainsi que le Centre de services scolaire de Montréal ont refusé de commenter cet événement. 

– Avec la collaboration de Maxime Deland

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.