/news/politics

Québec solidaire veut connaitre le coût maximal du troisième lien

Talonné par Gabriel Nadeau-Dubois, François Legault évite de fixer un prix plafond

Pressé de questions par Gabriel Nadeau-Dubois, François Legault a soigneusement évité de fixer un prix plafond pour le projet de tunnel Québec-Lévis. 

• À lire aussi: Troisième lien: Québec a changé, estime Catherine Dorion

« J'ai une question très, très simple pour le premier ministre du Québec : [...] quel est le montant maximal qu'il est prêt à débourser pour construire son 3e lien », a répété en chambre le chef parlementaire de Québec solidaire. 

Trois fois plutôt qu’une, le premier ministre a refusé net d’établir une limite budgétaire pour le projet de 3e lien. 

La veille, en réagissant aux résultats du scrutin fédéral, le chef caquiste a affirmé que son gouvernement creusera un tunnel avec ou sans l’argent d’Ottawa. Québec réclame 40 % de financement fédéral, sur un projet estimé entre 6 à 10 milliards $. Pour l’instant, Justin Trudeau s’intéresse seulement à la partie transport en commun du projet, sans promettre quoi que ce soit.

Une « obsession » dit QS

« Pour le 3e lien, il prend les Québécois pour une carte de crédit, a réagi M. Nadeau-Dubois. Quatre milliards de plus [sans contribution fédérale], ce n'est pas grave : c'est les générations futures qui vont payer le coût écologique et financier de ses obsessions. » 

Plutôt que de répondre directement à sa question, François Legault a saisi l’occasion pour rappeler que la semaine dernière, le nouveau chef parlementaire de Québec solidaire a fait peu de cas de la défense des champs de compétence. « Si j'écoutais Québec solidaire, on fermerait la place ici », a lancé M. Legault. 

« S'il y avait des Olympiques du détournement de sujet, le premier ministre viendrait de gagner la médaille d'or », a répliqué le député de Gouin. 

Le chef caquiste a conclu la joute oratoire en accusant QS de nier les problèmes de circulation entre Québec et Lévis. M. Legault a écorché les libéraux au passage, en leur reprochant d’avoir désormais ni position, ni proposition à ce sujet. 

« Quand on sait que le premier ministre du Québec pense que le tunnel caquiste va être bon pour l'environnement, on comprend qu'on part de loin en matière d'environnement », a plus tard rétorqué la députée libérale Isabelle Melançon.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.