/news/law

Thomas Harding témoigne au procès du CP

Le chef de train Thomas Harding, qui était responsable du train ayant mené à la tragédie de Lac-Mégantic, a été le premier témoin à être entendu, mercredi, dans le cadre du procès civil intenté contre le Canadien Pacifique (CP) au Palais de justice de Sherbrooke.

Il s’agit de la toute première fois que M. Harding témoigne devant un tribunal depuis la tragédie. 

• À lire aussi: Tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic : le recours civil contre le CP débute

• À lire aussi: Tragédie de Lac-Mégantic: Le procès civil du CP s'ouvre mardi

Auparavant accusé, puis acquitté de négligence criminelle causant la mort de 47 personnes, Thomas Harding n'avait pas témoigné à son procès, mais avait publiquement exprimer ses remords face à cette tragédie innommable. 

Interrogé par l'avocat du Canadien Pacifique, Thomas Harding a mentionné que c'est le contrôleur ferroviaire de la Montreal, Maine and Atlantic Railway (MMA) et non un superviseur du CP qui lui a donné la permission d’immobiliser le convoi de wagons-citernes rempli de pétrole au haut de la pente sur la voie de service à Nantes. 

Il a avoué ne pas avoir suivi le guide de procédure de sécurité du Canadien Pacifique (CP) et avoir fait une fausse déclaration aux policiers à qui il avait dit avoir respecté la règle du 10 % plus deux alors que dans les faits, il n'avait serré que sept freins à main plutôt que neuf. 

Il a aussi admis qu'il aurait dû enlever les freins pneumatiques indépendants afin de vérifier la force de résistance du train à demeurer en place avant de le laisser sans surveillance pour la nuit. 

Informé au téléphone par son superviseur Richard Labrie d'un incendie survenu dans la locomotive de tête en fin de soirée du 5 juillet, Thomas Harding avait offert de retourner vérifier si tout était correct, question à laquelle on lui a répondu par la négative. 

C'est dans l'heure qui a suivi le départ des pompiers, qui avaient éteint les moteurs, que le train est parti à la dérive vers le centre-ville. 

Initialement visé par l'action civile, les procureurs du recours collectif l'ont libéré comme défendeur afin qu'il devienne leur témoin et les aide à étayer leur preuve. 

Les aveux incriminants faits par Thomas Harding mercredi n’enlèvent aucun poids à leur poursuite et la part de responsabilité du Canadien Pacifique, insistent les avocats du recours. Il n’était que le premier d’une soixantaine de témoins qui seront produits dans les prochains mois dans cette affaire.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.