/news/elections

Une pétition contre Erin O’Toole lancée par un conseiller conservateur

Il aura fallu peu de temps avant que le leadership d’Erin O’Toole ne soit contesté à l’interne. Dès mardi, un conseiller national du Parti conservateur du Canada (PCC) a lancé une pétition pour déloger M. O’Toole en posant un diagnostic très dur sur sa campagne. 

• À lire aussi: O’Toole dit préparer une victoire «dans 18 mois»

• À lire aussi: Un taux de participation abyssal

• À lire aussi: Erin O’Toole veut rassembler les Canadiens

Bert Chen, membre de la plus haute instance du PCC, a en travers de la gorge le recentrage de son parti sur les questions économiques et sociales sur le site de pétitions «Change.org».

«Erin O’Toole a TRAHI. Erin O'Toole a brisé la confiance des membres du Parti conservateur. Erin O'Toole a BRISÉ la confiance des membres du Parti conservateur. La campagne d'Erin O'Toole aux élections fédérales de 2021 a échoué à faire élire suffisamment de députés conservateurs pour former un gouvernement», a accusé M. Chen dans son texte lapidaire.

La pétition servira à collecter une liste provisoire de noms de membres du parti qui aimeraient qu'Erin O’Toole soit destitué au profit d’un nouveau chef afin de préparer une pétition «officielle», puisque la pétition sur «Change.org» est ouverte à tout le monde.

Le chef conservateur avait courtisé le vote plus social conservateur lors de la course à l’investiture, à l’été 2020, ce qui lui avait conféré un avantage contre son opposant, Peter MacKay.

Or, des membres plus conservateurs du parti n’ont pas apprécié les propositions incluses dans le fameux «plan» de M. O’Toole pour cette campagne-ci, à commencer par une plateforme plus dispendieuse encore que celle des libéraux, son appui à la taxe sur le carbone ou encore son appui aux passeports vaccinaux, tous des éléments relevés par M. Chen dans sa diatribe.

Lors de son discours postélectoral lundi soir et en point de presse mardi, Erin O’Toole a clairement signalé son intention de rester à la tête du parti. Il a dit avoir lancé un «examen» pour comprendre les erreurs et les bons coups des conservateurs lors de l’élection afin d’être en meilleure position pour gagner «dans 18 mois».

 Écoutez l'entrevue de Richard Martineau avec Alain Rayes, député conservateur dans Richmond-Arthabaska sur QUB radio: 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.