/news/coronavirus

Guillaume Lemay-Thivierge commente son statut vaccinal

Photo d'archives

Guillaume Lemay-Thivierge a réagi jeudi soir à l’article de La Presse, publié plus tôt en journée, révélant que l’acteur et réalisateur de 45 ans avait perdu un contrat de réalisation sur le plateau de l'émission «District 31» par ce qu’il n’était pas vacciné.

Dans une missive envoyée aux médias, l’acteur avoue avoir eu l’intention d’être adéquatement protégé par un vaccin avec lequel il se sentait confortable et dont la disponibilité était initialement prévue en septembre. 

«L’homologation de ce vaccin a été reportée, mais mon intention de me protéger et de protéger les autres demeure une priorité», a souligné dans sa lettre l’animateur de «Chanteurs masqués».

«À ce jour, je n’ai jamais partagé ou pris position dans les médias au sujet de mon statut vaccinal ou sur celui de quiconque. Il s’agit d’ailleurs d’une information personnelle et confidentielle qui n’aurait jamais dû se retrouver sur la place publique», a-t-il également écrit.

À partir du 1er novembre, Québecor et ses filiales exigeront le passeport vaccinal pour tous les employés, fournisseurs, visiteurs, sous-traitants et consultants. 

Toutefois, les règles encadrant la vaccination sur un plateau de télévision demeurent vagues, alors qu’un producteur peut s’informer du statut vaccinal de son équipe, sans toutefois exiger que ses employés soient vaccinés, peut-on lire dans l’article de La Presse.

Pour leur part, les acteurs vaccinés peuvent se rapprocher lors des tournages, et ce, sans limitation de temps, selon le Guide de normes sanitaires pour le secteur des arts de la scène, les salles de spectacle et les cinémas – COVID-19 de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

«Il est un devoir pour moi de respecter l’ensemble des mesures exigées et émises par la Santé publique, et ce depuis le début la crise sanitaire», a soutenu Guillaume Lemay-Thivierge dans sa lettre.

«Mon cheminement de réflexion n’est pas étranger à mon processus décisionnel et à mon besoin d’y aller à mon rythme, et ce, dans toutes les sphères de ma vie. Cette démarche est personnelle et je respecterai toujours celle des autres», a-t-il poursuivi.