/finance/homepage

Reprise économique et pénurie de main-d’œuvre: des hausses de salaire plus fortes en 2022

Money from Canada: Canadian Dollars. Bills spread and variation of amounts.

Vergani Fotografia - stock.adobe.com

La pénurie de main-d’œuvre qui a été accentuée par la pandémie de COVID-19 et le rebond de l'économie font en sorte que beaucoup d’employeurs québécois prévoient consentir des hausses de salaire plus fortes en 2022.

Selon l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA), qui a dévoilé jeudi les données de son enquête sur les Prévisions salariales 2022, les hausses de salaire l'an prochain seront les plus fortes en près d’une décennie. Elles atteindront une moyenne de 2,9 % au Québec.

• À lire aussi: Manque de main-d’œuvre: le PLQ veut une cellule de gestion de crise en santé

L’année en cours est marquée par une reprise économique et par une pénurie généralisée de main-d’œuvre, deux facteurs qui incitent les employeurs à offrir une meilleure rémunération dans le but de retenir leurs éléments clés.

«La prévision salariale pour le Québec atteint un sommet inédit depuis 2013. On assiste vraisemblablement aux effets de la pénurie de main-d’œuvre et d’une économie plus robuste, ce qui explique ces hausses plus fortes qu’à l’habitude», a dit la directrice générale de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, Me Manon Poirier, dans un communiqué.

Au Québec, les augmentations devraient être plus substantielles dans les secteurs des technologies de l’information (+3,4 %) et des assurances (+3,3 %), mais plus modestes au sein des administrations publiques (+2,3 %), des arts, spectacles et loisirs (2,4 %) ainsi que des soins de santé (+2,7 %).

L’an dernier, les prévisions touchant aux hausses de salaire s’élevaient à 2,4 % (incluant les gels) et à 2,7 % (excluant les gels), a indiqué l’Ordre des CRHA. On a de plus indiqué au sujet des structures salariales que les prévisions d’augmentation atteignent 2,2 % (incluant les gels) et 2,3 % (excluant les gels) pour la prochaine année, alors qu’elles étaient de 1,6 % et de 2,1 % pour 2021.

En plus du salaire, les employeurs devront se préoccuper de questions chères à leurs ressources humaines, comme la conciliation travail‐vie personnelle et la reconnaissance professionnelle.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.