/regional/saguenay

Un lieu d'apprentissage unique à Saguenay pour les futurs ambulanciers

Les futurs techniciens ambulanciers paramédicaux en formation au Cégep de Chicoutimi, à Saguenay, évoluent désormais dans un lieu d'apprentissage unique.

Située sur la rue Newton à proximité de l'établissement d'enseignement, la résidence qui était occupée jusqu'à tout récemment par des religieuses est devenue le laboratoire de nombreux étudiants.

«La maison appartenait déjà au cégep, mais elle était en location à des Sœurs du Bon-Conseil, a expliqué mercredi le directeur des études, Christian Tremblay. Elles ont décidé de quitter, donc on a récupéré cet espace-là. On trouvait ça dommage de démolir ou même de construire autre chose.»

Surtout que la maison est parfaitement adaptée aux besoins du programme en soins préhospitaliers d'urgence.

«Pour pratiquer, c'est l'idéal, a précisé la coordonnatrice du programme en soins préhospitaliers d'urgence, Manon Tremblay. Par exemple, avec cet escalier où l'espace est très restreint, on apprend à transporter un patient avec une civière chaise. Ça permet aussi aux étudiants de penser à comment ils vont évacuer le patient en tenant compte de toutes les contraintes de l'environnement, bref à anticiper.»

L'aménagement des lieux permet de faire des simulations qui se rapprochent de la réalité et cela permet aussi aux jeunes de savoir rapidement s'ils ont choisi un domaine d'études qui leur plaît.

«C'est important pour eux parce que ce travail-là, ça implique d'être confronté à des situations parfois traumatisantes», a soutenu la directrice adjointe au service des programmes du Cégep de Chicoutimi, Sylvie Dallaire.

Les étudiants ont accès à ce laboratoire maison depuis deux ans.

Elle devait faire l'objet d'une inauguration officielle, mais la pandémie a modifié les plans.

L'aménagement n'est pas encore complété.

«On est encore en réflexion et on s'ajuste en cours de route, a souligné Manon Tremblay. C'est comme quand on achète une maison. On attend de voir nos besoins avant de faire des rénovations, donc ici c'est la même chose.»

«On tient à conserver le cachet actuel, donc les petites salles de bain et les escaliers étroits vont rester, mais à l'usage on se rend compte qu'on aura notamment besoin d'autres matériels informatiques par exemple», a expliqué Mme Dallaire.

Lors du lancement en 2007, le cégep pouvait accueillir 36 étudiants par cohorte.

Cet espace supplémentaire lui permet maintenant d'en former 54 par année.

«On est en pénurie de main-d'œuvre partout, donc nous aussi on a le souci d'augmenter les effectifs sur le plancher, a précisé Sylvie Dallaire. Plus l'expérience est enrichissante, plus le jeune est motivé.»

Le Cégep de Chicoutimi reçoit en moyenne une centaine de demandes d'admission par année pour ce programme contingenté.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.