/regional/montreal/monteregie

Attaque à la hache sur des pancartes électorales

Isabelle Bérubé

Photo Pierre-Paul Poulin

Une enquête a été ouverte par le service de police de Longueuil après qu’un homme a détruit plusieurs pancartes électorales à coup de hache à Saint-Bruno-de-Montarville. 

• À lire aussi: Vandalisme sur des pancartes électorales: Catherine Fournier a porté plainte à quatre reprises

«Je n’en reviens pas, c’est extrêmement choquant. Ça fait huit ans que je suis en politique municipale et je n’ai jamais rien vu de tel », soutient Isabelle Bérubé, conseillère municipale et candidate au poste de mairesse pour la ville de Saint-Bruno-de-Montarville, en Montérégie.

Lundi soir, un homme muni d’une petite hache a attaqué quatre affiches électorales de Mme Bérubé et de sa candidate au poste de conseillère, Véronique Mauro, qui se lancent sous la bannière d’Ensemble Saint-Bruno.

Photo courtoisie

Une témoin a réussi à prendre en photo l’homme qui a emporté les pancartes détruites avec lui dans sa voiture.

Le lendemain, Mme Bérubé est allée déposer une plainte auprès du Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL), puisque la détérioration ou la modification des pancartes électorales est punie par le Code criminel canadien.

Selon la loi, les contrevenants peuvent être notamment inculpés de méfaits à l’égard des biens qui peuvent valoir jusqu’à deux ans de prison.

Le SPAL a confirmé, vendredi, qu’une enquête avait été ouverte pour vol de pancartes.

Ailleurs dans la ville, d’autres affiches de campagne de Mme Bérubé ont fait l’objet d’acte de vandalisme, dont une où quelqu’un a découpé les têtes des candidats. Au moins douze autres affiches auraient aussi disparu, d’après la candidate.

Selon cette dernière, ce sont seulement les affiches qui représentent son parti qui ont été vandalisées.

« Même si ce ne sont que des affiches, on prend quand même ça comme une attaque personnelle contre nos idées, contre les valeurs que l’on véhicule », laisse tomber Mme Bérubé.

Fléau

Du côté de Longueuil Citoyen - Équipe Jean-Marc Léveillé, on a également constaté que des pancartes avaient été vandalisées. La formation politique a indiqué à TVA Nouvelles qu'elle vivait cette problématique depuis près de 48 heures. 

Gracieuseté

Le parti a donc commencé à dresser l'inventaire de ses affiches et n'exclut pas de porter plainte.

Gracieuseté

L'équipe de Jacques Létourneau a également affirmé à TVA Nouvelles que plusieurs de ses pancartes avaient disparu. Le parti estime que dans les districts du Coteau-Rouge, d'Antoinette-Robidoux, de Laflèche et de Fatima-du-Parcours-du-Cerf, environ le tiers de ses affiches ont été arrachées.

Certains candidats auraient des soupçons quant aux auteurs de ces actes de vandalisme, mais le Directeur général des élections du Québec et la police a réclamé des preuves photos ou vidéos afin d'accueillir une preuve formelle.

Le candidat à la mairie Jacques Letourneau d’action Longueuil déplore la situation. 

«Je trouve la situation vraiment dommage. Chaque pancarte nous coûte cher et a été posée par des bénévoles. C’est déloyal comme tactique», a-t-il déclaré à TVA Nouvelles.

Tension palpable

Pour cette élue qui siège actuellement comme conseillère, cet événement montre bien le climat de tension qui règne actuellement, mais aussi toute la haine qu’il y a envers les politiciens.

« On n’a même pas encore commencé à parler de notre programme électoral ! Alors je ne sais pas d’où vient toute cette colère exprimée », se questionne Mme Bérubé, qui est conseillère municipale depuis huit ans.

« On ne fait pas ça [de la politique municipale] pour avoir de la reconnaissance, mais pour la communauté et là on s’attaque à nous », déplore-t-elle.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.