/regional/outaouais

Drame à Gatineau: une intervention policière tardive, déplore un organisme

L’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale (Alliance MH2) a déploré l’intervention tardive des forces policières après le drame familial qui s’est déroulé mercredi soir à Gatineau, en Outaouais.

Les corps d’un père et de ses deux fillettes de 3 ans et de 5 ans ont été retrouvés mercredi après-midi dans une résidence du secteur d’Aylmer, à Gatineau. L’autopsie des corps a révélé que l’homme a tué ses enfants avant de s'enlever la vie.

• À lire aussi: Un quartier sous le choc après le meurtre de deux fillettes

• À lire aussi: Drame à Gatineau: la thèse du double meurtre suivi d’un suicide confirmée

L’organisme a notamment reproché vendredi qu’aucune aide n’ait été apportée plus tôt à la famille, alors que «des indices de dangerosité élevés» auraient été présents dans une situation qu’il qualifie de «violence conjugale postséparation».

MARC DESROSIERS/ AGENCE QMI

«Les forces policières auraient préalablement dû intervenir lors d’une situation de violence physique de Monsieur contre son ex-conjointe lors d’un échange de garde des enfants», a indiqué vendredi par voie de communiqué l’Alliance MH2, précisant que le couple était en instance de divorce et en garde partagée.

Une absence d’accusation qui est jugée «questionnable», l’Alliance MH2 rappelant que le risque d’homicide est plus élevé pour une femme et ses enfants lors d’une récente séparation.

«L’ex-partenaire perdant son emprise sur son ex-conjointe, les enfants sont souvent instrumentalisés pour la heurter et deviennent ainsi victimes d’une violence accrue», a expliqué l’association spécialisée dans la prévention de l’homicide conjugal.

La création de cellules d’interventions rapides partout au Québec, la présence d’agents spécialisés en matière de violence conjugale dans les forces policières ou encore l’instauration d’un Tribunal spécialisé en matière d’agressions sexuelles et de violence conjugale et d’un Tribunal unifié de la famille font alors partie des différentes mesures urgentes à mettre en place, selon Maud Pontel, coordonnatrice de l’Alliance MH2 et membre du Comité d’examen des décès liés à la violence conjugale du Bureau du coroner.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.