/news/society

Éducatrices en CPE : «Cherche autre chose, parce qu’ici, tu vas mourir de faim»

C’était jour de grève vendredi pour les 11 000 travailleuses et travailleurs des Centres de la petite enfance affiliés à la CSN.

• À lire aussi: Jour de grève dans les CPE à travers le Québec

• À lire aussi: Saguenay-Lac-Saint-Jean: 800 éducatrices en CPE en grève

• À lire aussi: Des éducatrices en CPE de la Côte-Nord et du Bas-Saint-Laurent en grève

• À lire aussi: Les éducatrices en CPE affiliées à la CSQ votent six jours de grève

Les éducatrices ont manifesté un peu partout au Québec pour faire part de leur exaspération et réclamer de meilleures conditions de travail.

Voici quelques témoignages recueillis vendredi par TVA Nouvelles durant les manifestations qui se sont déroulées aux quatre coins de la province.

«On est là pour développer les enfants, qui sont l’avenir, et on n’est pas considéré. Ça n’a plus de bon sens, il faut que ça change!»

«Je fais 1000 dollars aux deux semaines. Ça me fait un peu plus que 2000 dollars par mois, après 25 ans d’expérience.»

«C’est la carrière que j’ai choisie, mais le salaire, ça nous dit : ‘’cherche autre chose, parce qu’ici, tu vas mourir de faim!’’»

«On pense toutes à une solution de secours. On réfléchit toutes à une issue de sortie, on réfléchit toutes à un moyen de faire autre chose, parce que ce n’est pas assez payant et c’est épuisant.»

«On a des négociations le 27 et le 28 (septembre). Si ça ne bouge pas, ça va s’accentuer. Il nous en reste neuf (jours de grève), on va les appliquer»

Pour voir le reportage complet, visionnez la vidéo ci-haut.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.