/news/law

Un juge veut bannir les bagarres au hockey

Robby Petiquay (en chandail rouge) s’en est sournoisement pris à son adversaire, Julien Gauthier, en lui assénant un violent coup de poing. Deux juges de ligne ont dû intervenir.

Capture d’écran tirée de YouTube

Robby Petiquay (en chandail rouge) s’en est sournoisement pris à son adversaire, Julien Gauthier, en lui assénant un violent coup de poing. Deux juges de ligne ont dû intervenir.

Un juge veut envoyer un message « sans équivoque » contre la culture de la violence au hockey en condamnant à neuf mois d’emprisonnement à domicile un « goon » qui a sournoisement blessé un adversaire dans une mêlée générale. 

« Il fut un temps où la violence domestique était banalisée, où les agressions sexuelles intrafamiliales n’étaient que peu ou pas dénoncées, mais depuis, la société a évolué. Il est temps de faire de même pour les bagarres au hockey », a soutenu vendredi le juge Simon Ricard. 

Robby Petiquay, un récidiviste des gestes de violence sur la patinoire, a écopé de neuf mois d’emprisonnement « dans la collectivité », où il sera assigné à domicile sauf quelques rares exceptions. Un agent de surveillance pourra s’assurer à tout moment qu’il respecte ses conditions. 

La violente agression sur la glace est survenue le 18 janvier 2019 à l’aréna de La Tuque, dans la ligue de hockey senior AAA du Québec. 

Après qu’une bagarre générale eut éclaté, le hockeyeur qui joue « pour ses talents de bagarreur » s’en est pris à Julien Gauthier. 

Sur une vidéo, on constate que ce dernier ne pouvait voir venir son agresseur, mais que cela ne l’a pas empêché d’assener un violent coup de poing au visage de la victime.

Gauthier s’est effondré sur la glace, et Petiquay s’est affaissé sur lui. Deux juges de ligne ont été nécessaires pour tasser le bagarreur, pendant que la foule encourageait le tout. 

« La scène est désolante, commente le juge Ricard. Il s’agit d’un geste gratuit, d’une violence inouïe. »

Des séquelles graves

Julien Gauthier garde des séquelles de cette agression, lui qui a perdu près de 50 % de la capacité d’audition de son oreille gauche. Il subit, encore aujourd’hui, des maux de tête et des étourdissements. 

Dans sa décision, le magistrat a appelé les ligues de hockey à « bannir les bagarres » et à punir plus sévèrement les contrevenants. 

« L’embauche de pugilistes déguisés en joueurs de hockey est à proscrire, a dénoncé le juge. Le risque de lésions corporelles est évident. »

Robby Petiquay aurait pu se retrouver six mois derrière les barreaux pour son geste, a estimé le juge, donnant comme exemple qu’un coup semblable porté lors d’une bagarre dans un bar aurait été « sévèrement puni ». 

« Il y a lieu d’examiner si d’autres peines moins contraignantes peuvent être imposées et particulièrement chez les délinquants autochtones », a-t-il noté, en prenant en compte de ses remords sincères et de son enfance difficile. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.