/news/society

Virage vers l’éolien pour le Québec

Afin de combler ses besoins en électricité d’ici 30 ans, le Québec devra se tourner vers les énergies éolienne et solaire.

Photo d’archives

Afin de combler ses besoins en électricité d’ici 30 ans, le Québec devra se tourner vers les énergies éolienne et solaire.

Le Québec aura besoin de l’équivalent de 17 fois la Romaine en énergie pour électrifier son économie, selon une étude commandée par le gouvernement Legault. Et cette croissance passerait surtout par l’éolien et le solaire. 

« Notre analyse montre que, d’ici 2050, un virage devra s’effectuer pour délaisser les énergies fossiles [...]. On prévoit que le Québec aura besoin [d’] une augmentation de 65 % de sa capacité de production d’électricité », dévoile un rapport de la firme Dunsky sur les trajectoires de réduction d’émission de GES du Québec.

Le document évoque le chiffre de 137 TWh de plus à l’horizon 2050. À titre de comparaison, la production annuelle actuelle de l’ensemble de la filière éolienne au Québec est de 11 TWh, et le complexe de la Romaine génère 8 TWh. Une prédiction à aussi long terme est risquée, mais la tendance est là.

Dunsky avait déjà fait l’exercice en 2019. Mais dans cette mise à jour, l’équipe d’experts croit que le Québec se tournera vers l’éolien et le solaire plutôt que vers les barrages.

Apuiat

À court terme, l’éolien est déjà favorisé par Hydro-Québec en raison de sa production bon marché. Le projet Apuiat a été autorisé sur la Côte-Nord et HQ a lancé un appel d’offres de 300 MW uniquement pour l’éolien.

« La tendance, on la prévoit déjà à moindre échelle. Les besoins d’électricité vont croître », explique Marc-Antoine Pouliot, chef des communications de la société d’État. « Déjà, le moyen principal sur la table, c’est l’énergie éolienne [...] étant donné la baisse du prix et la nature compétitive de l’énergie éolienne », ajoute-t-il.

Modifier nos comportements

Comme Le Journal l’a écrit jeudi, l’étude de Dunsky recommande également de modifier nos comportements pour réduire notre soif d’énergie. 

Pierre-Olivier Pineau.
Spécialiste en
politique 
énergétique

Photo Agence QMI, Maxime Deland

Pierre-Olivier Pineau. Spécialiste en politique énergétique

Le spécialiste en politique énergétique Pierre-Olivier Pineau croit lui aussi que l’avenir énergétique passe par l’éolien plutôt que par la grande hydraulique. Mais il estime qu’il faut en faire davantage pour réduire notre consommation.

Des coupables : un appétit pour des maisons unifamiliales pas très bien isolées, l’auto solo, même si elle est électrique, des camions électriques, qui consomment malgré tout de cinq à dix fois plus que les trains, par exemple. 

« Les Européens consomment 50 % moins d’énergie par habitant que nous. D’ici 2050, les améliorations possibles sont de l’ordre de permettre d’éviter que la consommation électrique augmente », croit-il. 

Une demande croissante  

Selon une étude de la firme Dunsky, pour électrifier le chauffage des bâtiments, les usines et les transports au Québec 

Il faudrait d’ici 2050 137 TWh d’énergie

Équivalent à  

  • Près de 17 fois la Romaine 
  • Plus de 12 fois l’ensemble du secteur éolien actuel du Québec   

Hausse de 65 % de la capacité de production d’Hydro-Québec 

Ces besoins en énergie seraient surtout comblés par les énergies éolienne et solaire 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.