/news/municipales2021

Des dizaines de pancartes électorales municipales volées à Saint-Jérôme

Michael Njong, candidat à l'élection municipale dans le secteur de Bellefeuille à Saint-Jérôme pose à côté de l'une ses pancartes restantes.

Photo COURTOISIE, FERNANDE NJONG

Michael Njong, candidat à l'élection municipale dans le secteur de Bellefeuille à Saint-Jérôme pose à côté de l'une ses pancartes restantes.

Plusieurs dizaines de pancartes électorales appartenant aux deux partis de l’opposition ont été volées la semaine dernière à Saint-Jérôme.

• À lire aussi: Trois-Rivières: des dizaines d’affiches électorales volées

• À lire aussi: Des dizaines de vols d’affiches électorales à Québec

• À lire aussi: Vandalisme sur des pancartes électorales: Catherine Fournier a porté plainte à quatre reprises

«C’est une entorse à la démocratie. Je trouve cela embêtant et il faut que ça cesse. On met beaucoup d’efforts dans nos campagnes et on le fait pour aider la communauté», a dénoncé Michael Njong en entrevue téléphonique avec l’Agence QMI.

Le candidat du parti Mouvement jérômien s’est fait voler plus d’une dizaine de pancartes dans des secteurs stratégiques le soir de l’élection fédérale, le 20 septembre dernier. Plusieurs autres candidats de son parti ont aussi été victimes de vols.

Entre autres, il s’est fait voler une pancarte dans un secteur achalandé près de l’école des Sources à Saint-Jérôme. Par contre, son adversaire politique, aussi candidat pour un parti d’opposition, ne s’est pas fait voler sa pancarte qui était à côté de la sienne.

«Je n’accuse personne. Je n’ai aucune preuve. Je sais que l’autre parti d’opposition s’est aussi fait voler des pancartes», a expliqué le candidat. Au total, Mouvement jérômien se serait faire voler plus d’une quarantaine de pancartes.

Le directeur de l’organisation de campagne du Mouvement jérômien, Normand Lalonde, a déposé une plainte formelle à la police, mais se garde bien d’accuser qui que ce soit.

«C’est notre liberté d’expression en temps d’élections qui est attaquée en ce moment», a dénoncé M. Lalonde en mentionnant que, si des gens veulent avoir des coroplasts – les panneaux de plastiques servant à fabriquer les pancartes –, ils pourront en demander après les élections.

Un autre parti d’opposition victime de vol

L’autre parti, Avenir Saint-Jérôme, est lui aussi victime de vol. « Une trentaine de pancartes ont disparu à date et elles étaient toutes dans des endroits stratégiques. Le candidat qui se présente dans le district de M. Njong s’en est aussi fait voler», a lancé Michel Gagnon, candidat dans le secteur de Cap Jeunesse.

Le lieutenant Yannick Ricard de la police de Saint-Jérôme met en garde les citoyens tentés de voler ou de s’attaquer aux pancartes électorales. «C’est criminel. Vandaliser une pancarte est un méfait criminel et le vol est même passible de prison. Tout dépend des antécédents judiciaires de l’individu, mais on ne doit pas prendre cela à la légère», a-t-il expliqué.

Le DGE permet de les remplacer

Avec un prix allant de 9 à 47 $ la pièce, les pancartes coûtent cher aux partis politiques.

Les dépenses électorales sont limitées, mais le Directeur général des élections (DGE) se veut rassurant.

«Comme les candidats ont une limite de dépenses électorales à respecter, la loi prévoit que le coût de remplacement des pancartes volées ou vandalisées n’a pas à être inclus dans les dépenses électorales jusqu’à concurrence du coût des pancartes initiales et si certaines conditions sont respectées. Le candidat indépendant ou le parti politique doit, par exemple, fournir une preuve des dommages (p. ex. une photo) et une copie du rapport de police», a précisé Julie Saint-Arnaud Drolet, porte-parole au Directeur général des élections du Québec .

Elle a aussi mentionné que l’entité politique doit payer pour faire produire ses nouvelles pancartes, mais que leur coût n’affectera pas la limite de dépenses qu’elle doit respecter au cours de la période électorale.

La mairesse de Saint-Jérôme, Janice Bélair-Rolland, n'avait pas retourné nos appels avant d'aller sous presse. Il nous a été impossible de savoir si son parti s'était aussi fait voler des pancartes.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.