/news/law

Il a fait d'une adolescente son «esclave sexuelle» pendant quatre ans

Un jeune homme qui a usé de sa «copine» d’âge mineur comme d’un véritable objet, faisant d’elle «une esclave sexuelle» sur une très longue période, a été condamné à purger une peine de sept ans de détention.  

Cédrick Létourneau, 27 ans, a connu sa victime alors qu’il était enfant. Lorsque la jeune fille a eu 14 ans, et Létourneau vingt-deux, il a repris contact avec elle via les réseaux sociaux. 

« Au départ, si l’adolescente était heureuse qu’il lui donne de l’attention, rapidement, les choses ont dégénéré », a mentionné le poursuivant Me Louis-Philippe Desjardins au juge Sébastien Proulx. 

Fellations forcées, prises de photos dans des positions sexuellement explicites, obligation de «faire» des clients, violence et initiation à la drogue comme la cocaïne ou les métamphétamines sont venues teinter la relation toxique dans laquelle la jeune fille a été piégée.   

Distribution d’images  

Les contacts sexuels se sont multipliés et, certaines relations ont été filmées pour être envoyées à d’autres individus ou encore, placées sur des sites d’échangismes. 

« À titre d’exemple, un jour, madame s’est réveillée parce que l’accusé a éjaculé sur son visage. À ce moment, il se filmait en train de le faire», a expliqué Me Desjardins. 

Dans la salle, la victime pleurait à chaudes larmes et semblait elle-même dépassée d’entendre le récit d’horreur qui lui a été imposé au cœur de cette relation malsaine qui s’est étirée sur une période de quatre ans. 

« Les facteurs aggravants sont nombreux et les conséquences vécues par la victime, multiples», a ajouté Me Desjardins en précisant que la victime avait fait une dépression, qu’elle avait eu des problèmes de consommations, connu des troubles alimentaires et vécue «beaucoup d’anxiété». 

Regrets  

Avant que le président du Tribunal n’acquiesce à la suggestion faite de façon commune par le poursuivant et l’avocat de la défense, Me Marc Delisle, il a demandé à l’accusé s’il avait quelques choses à dire. Létourneau a alors laissé tomber qu’il «regrettait», mais qu’il «n’avait rien d’autre à ajouter». 

« Les gestes posés sont horribles, inacceptables et ils ne peuvent pas être tolérés par la société», a souligné le magistrat avant de condamner l’accusé. 

En plus de la sentence, Létourneau devra s’enregistrer au registre des délinquants sexuels à perpétuité et il ne pourra pas, au sortir de sa détention, s’approcher à moins de deux kilomètres de la résidence de sa victime ou de son lieu de travail et ce pendant vingt ans. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.