/news/politics

Plus de 150 infirmières intéressées à revenir

La campagne de recrutement pour aller chercher de nouvelles infirmières a commencé dès vendredi au CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal, organisation qui a perdu près de 1600 d’entre elles au cours des dernières années.

• À lire aussi: Primes aux infirmières: «Ce n’est pas une révolution, c’est un “plaster”»

• À lire aussi: Primes aux infirmières: d'autres travailleurs sous pression révoltés

• À lire aussi: Vaccination pour les employés de la santé: un billet médical pour déjouer l'obligation

Toutefois, la tâche de les convaincre ne sera pas facile. 

L’organisation a réussi à rejoindre au téléphone 1000 personnes anciennement à l’emploi du CIUSSS au cours de la fin de semaine.

«Sur les 1000 personnes, 800 ont affirmé qu’elles préféraient poursuivre dans leur milieu actuel, et 161 personnes se sont dites intéressées à revenir au CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal», a expliqué en entrevue sur LCN Jean-François Fortin Verreault, PDG-adjoint de l’organisation. 

Si le résultat ne semble pas fructueux au départ, la démarche n’en est qu’à ses touts débuts, assure M. Fortin Verreault. 

«Dans ceux qui nous ont quittés, certains sont rendus dans une autre région, ont changé de projet de vie, toutes les raisons sont bonnes. On n’a pas eu une mauvaise réception. On est content d’avoir une réponse, d’avoir des gens intéressés. [...] Ce n’est qu’un début», assure-t-il. 

Par ailleurs, plusieurs démarches sont en cours dans le réseau, mais aussi à l’extérieur de celui-ci afin d’aller chercher cette main d’œuvre essentielle.  

«Il y a la diminution des agences de personnel, les offres pour nos employés, nos infirmières, nos inhalothérapeutes, nos perfusionnistes qui travaillent aussi pour nous, les nouvelles conventions collectives, on veut aligner tout ça au cours de l’automne pour avoir un effet significatif sur l’équilibre travail-famille de nos infirmières», insiste le gestionnaire. 

Ce CIUSSS doit combler 400 postes vacants d’infirmières, et soutien vouloir réduire le temps supplémentaire obligatoire, tout en acceptant les contraintes d’horaire de celles qui souhaiteraient revenir. 

Voyez l’entrevue intégrale avec Jean-François Fortin Verreault dans la vidéo ci-dessus. 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.