/regional/saguenay

Retour sur les bancs d'école: des mesures pour aider les étudiants

Avec le retour en présentiel des étudiants, certains établissements scolaires, comme le cégep de Chicoutimi situé au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ont bonifié l’aide octroyée aux élèves, en plus de mettre à leur disposition plusieurs ressources pour les aider dans leur transition vers les bancs d’école.

«On a vu le coup venir au cégep de Chicoutimi, on a bonifié nos centres d'aides, en français, en mathématique. On a ajouté des centres d'aide en science», a expliqué la directrice adjointe aux études, Sylvie Dallaire.

La demande pour ces services a explosé. «C'est incroyable, le nombre d'inscriptions qu'on a eu au CAF cette année. Habituellement, on tourne aux alentours de 210 inscriptions. Cette année, on en a eu 465. Même au niveau du centre d'aide en mathématique. Même ceux en science sont déjà pleins», a confié Mme Dallaire.

Les centres d'aides ne sont pas le seul outil pour aider les jeunes. «On a mis un maximum de 32 étudiants par classe, surtout dans les classes de français et philosophie. On a même ajouté une travailleuse sociale. Notre équipe est prête», a affirmé la directrice adjointe aux études.

Ces mesures permettront aux étudiants de s'adapter plus facilement et de se donner toutes les chances de réussir leur session.

Depuis le début de la pandémie, les étudiants ont dû faire preuve d’adaptation et de résilience, surtout dans le passage du secondaire au cégep.

Arielle Duchesne a fait sa toute première année au cégep, sans même y mettre les pieds. Tous ses cours étaient donnés en ligne. «J'étais vraiment moins motivée. J'étais à l'école, mais je ne savais pas trop ce que je faisais là», a expliqué Arielle Duchesne.

Cette session, le retour sur les vrais bancs d'école de l'établissement l'a déstabilisé. Comme plusieurs de ses camarades, elle a dû faire du rattrapage.

«Je suis arrivé au cégep, je ne savais pas où aller. Même si je rentrais à l'intérieur du cégep, je ne savais pas les locaux des profs étaient où. Je ne savais pas à qui demander, j'avançais au même niveau que les autres même si j'avance moins vite que les autres», a confié la jeune fille à TVA Nouvelles.

Malgré tout, les cours en présentiel sont pour elle une bouffée d'air frais. «Dans les cours théoriques, quand je pose une question, le prof le voit dans mon visage que ça ne va pas. Ça m'enlève un poids de retourner à l'école», a-t-elle expliqué.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.