/news/coronavirus

Un opposant connu est enfin bloqué par Facebook

Porte-voix à la main, François Amalega Bitondo manifestait il y a une semaine devant l’école Louis-Joseph Papineau, à Montréal-Nord.

Photo Agence QMI, Maxime Deland

Porte-voix à la main, François Amalega Bitondo manifestait il y a une semaine devant l’école Louis-Joseph Papineau, à Montréal-Nord.

L’opposant à la vaccination et aux mesures sanitaires, François Amalega Bitondo, continue d’appeler à la « désobéissance civile pacifique », même s’il a été bloqué pour 30 jours par Facebook.

• À lire aussi: Manifestation antivaccin devant une école de Québec: déjà de la désobéissance

• À lire aussi: Mouvement antivaccin: une bande dessinée pour «informer» les jeunes

• À lire aussi: Montréal-Nord: des militants antivax accueillis par des parents mécontents devant une école

« Ce sera jusqu’au 26 octobre. Je vais pouvoir publier à nouveau sur Facebook. Ils ont décidé juste de me suspendre comme ça », a indiqué le militant dans une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux. 

Cette dernière avait été publiée sur Instagram, la plateforme vers laquelle il disait vouloir se tourner en raison de sa suspension, mais elle semble avoir été supprimée depuis. Rappelons qu’Instagram appartient également à Facebook.

Normalement très actif sur les réseaux sociaux, l’homme de 43 ans n’a rien publié sur sa page Facebook depuis le 25 septembre.

Il se filme devant les écoles...

Lundi, le géant du web n’a pas été en mesure d’indiquer au Journal pour quelles raisons précisément François Amalega Bitondo aurait été empêché de publier du contenu, mais a indiqué faire des démarches pour apporter des réponses le plus rapidement possible.

Dans les dernières semaines, le militant antivaccin s’est filmé en direct à de nombreuses reprises devant des écoles, porte-voix à la main, très bruyant en s’adressant à des adolescents. 

Il indique dans ses vidéos vouloir dissuader les enfants d’accepter l’injection pour mieux se protéger de la COVID-19. 

Même l’adoption de la loi visant à interdire les manifestations à moins de 50 mètres des écoles, des garderies et des hôpitaux ne l’a pas empêché de manifester. Et il compte poursuivre son manège. 

« Nous devons désobéir. Je vais continuer. Je vais continuer à aller devant les écoles, je vais aller devant les hôpitaux, je vais aller devant les centres de vaccination apporter l’information qu’il n’y a pas pandémie », a-t-il mentionné dans sa vidéo de lundi.

... et accumule les constats

Or, François Amalega Bitondo accumule les constats d’infraction depuis le début de la pandémie. 

En date du 2 septembre, il avait reçu 23 constats d’infraction en vertu de la Loi sur la santé publique. Chacune de ces contraventions vaut au moins 1546 $ avec les frais, pour un total de 35 558 $. 

Le 1er septembre, des policiers lui avaient également décerné une amende de 275 $ à Saint-Roch-de-l’Achigan pour nuisance sonore, lors d’une manifestation à l’occasion de la rentrée qui avait suscité beaucoup de réactions. 

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) n’a pas été en mesure d’indiquer lundi au Journal si l’individu avait reçu davantage de contraventions depuis. 

François Amalega Bitondo doit comparaître mardi à la Cour municipale de Montréal afin de subir son procès pour une accusation d’entrave au travail des policiers. L’infraction qui lui est reprochée serait survenue le 12 mars.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.