/news/coronavirus

Mort de la COVID à 27 ans: «Je m’en veux», regrette son amie

Michelina Mastrolgiacomo regrette de ne pas avoir convaincu son ami Kevin Smith-Chartrée d’aller se faire vacciner plus tôt. Le jeune homme de 27 ans a perdu la vie à la suite de son combat contre le virus plus tôt cette semaine.

• À lire aussi: La COVID-19 emporte un père de seulement 27 ans

• À lire aussi: Le père de Kevin Smith-Chartrée implore les jeunes de se faire vacciner

• À lire aussi: Mort de la COVID à 27 ans: ses proches lui rendent hommage

«Moi, qui suis proche de Kevin, qui est comme sa deuxième maman, je n’y croyais pas non plus. Je n’ai jamais envoyé de message à Kevin. Je m’excuse à son père Mario Smith parce qu’il envoyait des messages à Kevin depuis un an et demi et moi je ne l’ai pas aidé là-dedans», explique Michelina Mastrogiacomo.

Pendant longtemps, elle croyait que Kevin était assez fort physiquement pour passer au travers de ce virus.

«C’est triste, il a fallu que je vois Kevin, j’aurais tellement aimé voir quelqu’un avant que je connais moins qui aurait été capable de me convaincre. Donc, j’aurais cru à cette COVID et la qualité des vaccins. J’aurais tout fait de mon côté (pour me protéger) et j’aurais convaincu Kevin», raconte-t-elle.

Kevin a changé d’idée après avoir contracté la COVID-19, il a constaté que ce virus peut provoquer des symptômes très dangereux.

«Sur les réseaux sociaux depuis un an et demi, il cri haut et fort que la COVID c’est une niaiserie qui n’existe pas vraiment jusqu’à la dernière minute. Humble de sa personne, à la toute fin il est capable de dire "je me suis trompé, ça existe vraiment"», mentionne Michelina Mastrogiacomo, amie de Kevin Smith-Chartrée

Elle a décidé d’aller se faire vacciner une première fois le 15 septembre après avoir vu son ami lutter pour sa vie.

«Autant comme Kevin où on n’y croyait pas avant, aujourd’hui je ne veux plus en perdre d’autres et ce n’est pas juste une dose qui est importante, on y va au complet à deux doses», souligne son amie.

 Écoutez l'intervention de Mario Dumont et Pierre Bruneau sur QUB radio:  

De passage à Denis Lévesque mardi, elle regrette profondément de ne pas avoir cru à la COVID-19 plus tôt.

«Moi je m’en veux aujourd’hui. À 51 ans, je suis censé être l’adulte responsable. Je l’ai échappé, je l’ai échappé solide», témoigne émotivement Michelina Mastrogiacomo.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.